(Page imprimée: www.trazibule.fr/aides-sociales.php)

Brouillons pour un projet de constitution



Les aides sociales :



Il n’est pas pensable de na pas aider financièrement celui qui n’a pas les moyens de survivre sans cela. Mais il est indispensable de lui préserver une forme de dignité et de ne lui donner cette aide qu’en échange d’un retour au moins symbolique de sa part.

Le fait de donnez un cadeau à quelqu’un met l’autre dans une situation d’infériorité. Quand c’est un ami, il pourra toujours un jour ou l’autre vous renvoyer l’ascenseur. Mais dans le domaine social, la population assistée, ne peut se reconnaître de rôle valorisant.

Si par contre il est demandé à celui qui reçoit une contrepartie symbolique cela change le rapport humain et rend un peu d’humanité à celui qui reçoit.

Donnez la pièce à un clochard il sera content de manger mais n’aura aucune relation aucune fierté, il ne se ressent que du mépris pour la société entière.

Essayez de lui donner une pièce en échange d’un service quelconque, le rapport est tout différent. il acquiert une existence plus honorifique que celle de faire valoir.

Pour les allocations les aides ou même le chômage, le système social devrait demander en échange une forme de participation. L’allocation de chômage contre un travail d’intérêt général, les allocations familiale sous réserve d’une formation psycho-pédagogique en tant que « mére de famille » reconnue comme une forme de situation professionnelle.

Au passage ce serait très utile de former des familles qui ont le droit d’acquérir des outils électroménager et des produits à risques alors qu’ils n’ont aucune conscience des risques de l ‘électricité, du gaz, des micro-ondes, des incendies, ou de certains produits chimiques.

Il faut respecter ce principe proposé dans le préambule de la future constitution : Il n’existe pas de droit sans devoir !

Page écrite le 20-01-2007 retouchée le 08 mars 2009


(Page imprimée: www.trazibule.fr/aides-sociales.php)