(Page imprimée: www.trazibule.fr/monnaie-sociale.php)

Brouillons pour une constitution.


Vers un meilleur système monétaire :


Essayons d’oublier ce qui existe actuellement pour imaginer une monnaie idéale.

(La notion utilisée: "la monnaie est une reconnaissance de dette" est longuement démontrée dans ce livre "Le pain et la monnaie" [ lien "http://persat.free.fr/LE%20PAIN%20ET%20LA%20MONNAIE.pdf" ] attention soyez très patient pour le téléchargement du livre complet.)

Il nous faut donc choisir une référence étalon, choisir un support, un mode de contrôle de son volume et de sa répartition, une façon d’être générée, une façon d’être détruite, une méthode pour équilibrer la masse monétaire avec l’équilibre des échanges, et un mode de régulation de l’accumulation nécessaire sans tomber dans une spéculation destructive.

Paradoxalement c’est l’équilibre qui me parait le plus simple à régler, dès que le prix de ce qui sert d’étalon augmente, il faut un mécanisme qui diminue la masse monétaire, et inversement, nous verront plus loin comment faire varier cette masse monétaire. Il est donc nécessaire que ce qui sert d’étalon soit une valeur invariante pour tous les lieux, les années et les peuples.

Augmenter la masse monétaire revient à mettre de l’argent en circulation. Donner plus à un riche ne le poussera guère à consommer plus, il est déjà rassasié, c’est donc en donnant plus aux plus pauvres qu’on est sûr de mettre en circulation cette monnaie supplémentaire. Donner n'est pas le terme juste, il faut que ce soit via un revenu normal, et non par une "charité" humiliante qui peut pousser à l'inactivité et au mépris.

Diminuer la masse monétaire est plus gênant car comment retirer de l’argent acquis de la poche des gens ? L’inflation est la solution actuelle quasi spontanée, mais les prix changent et l’échelle de valeur est faussée, ce qui ne convient pas à notre recherche de monnaie idéale. Il faudrait que cette monnaie soit éphémère, mais dans ce cas elle n’inspire plus de confiance. (Voir Pourquoi pas une monnaie éphémère ? [ lien : "www.trazibule.fr/monnaie-ephemere.php" ]).

Reste la pression fiscale pour retirer de l’argent en circulation. Cela ne marcherait même pas car avec des impôts supplémentaires les prix augmenteraient ce qui est précisément ce que l’on ne veut pas. Mais il ne faut pas que cela serve à remplir les caisses de l’état car si l’état s’approprie cette monnaie prélevée, cela ne réduit en rien la masse monétaire en circulation mais ne fait que la changer de poche !

L’institution monétaire pourrait aussi déstocker de la marchandise ce qui ferait baisser les prix et ainsi retirer du marché une certaine quantité de monnaie. Jouer sur le stockage et le déstockage pourrait physiquement se faire par une fiscalisation favorisant les stocks. Sans compter l’avantage d’une sécurisation à long terme des échanges par ces stocks ce qui a actuellement disparu avec la politique des flux tendus soumis à toutes les pressions spéculatives. La politique qui sait prévoir était pourtant une sagesse acquise depuis des lustres.

N’est ce pas un déstockage de ces montagnes d’argent accumulés dans ces fortunes apatrides pétrolières ou illégales qui serait nécessaire aujourd’hui pour relancer l’économie, mais à part l’inflation peu d’autres moyens envisageables. (Voir réflexions sur les stocks et remarques complémentaires [ lien : "www.trazibule.fr/speculation.php" ])

La seule solution reste donc le prélèvement social (Voir par exemple la TAC [ lien : "www.trazibule.fr/tac.php" ]), mais de même que le don aux pauvres ne doit pas être une assistance, ce prélèvement ne doit pas être une pénalisation, mais une contribution indolore égalitaire et logiquement proportionnelle au niveau de richesse acquis.

ETALON

Pour l’étalon, après avoir tout passé en revue, j’ai pensé au temps, seule valeur égale éternelle et perceptible par tous les peuples. (Voir cette page relativement ancienne [ lien : "www.trazibule.fr/monnaie-texte.php" ] écrite sur ce thème) Certains ont proposé la calorie (mesure d’énergie), mais elle dépend de sources telles que l’électricité ou le pétrole qui ne sont précisément pas disponibles pour tous et donnent des privilèges de situations (pays pétroliers).

Comment gérer un tel étalon ? Proposition : Dès qu’une personne donne une heure de son temps aux autres il génère une unité de valeur qui sert de base à la monnaie. C’est vrai que certains sont plus efficaces que d’autres ou plus forts, c’est donc une valeur moyenne qui devrait être prise en compte. C’est un peu comme si au lieu de fixer la valeur du Smig par rapport à une devise, on fixait la valeur de cette devise par rapport au Smig.

SUPPORT

Reste à trouver un support, techniquement c’est plus difficile, car il ne doit par être falsifiable, rester léger, transportable. Je ne fais guère confiance à l’électronique qui possède toute la rigueur nécessaire et la facilité, mais présente le risque d’être manipulé par des techniciens peu scrupuleux. (Voir «monnaie technique» [ lien : "www.trazibule.fr/monnaie-technique.php" ]) D'ailleurs je me demande ce qui interdit actuellement ceux qui ont accès au système informatique bancaire, de mettre discrètement une somme sur un compte, un peu comme le joueur de Monopoly qui gère la banque et en profiterait au passage pour se remplir son compte. Aujourd'hui la garantie est assurée par la balance comptable, interdisant toute apparition spontanée de valeur, tout devant nécessairement provenir d'un autre compte.
l’équilibre comptable est-il un garant suffisant ? Et bien il semblerait que oui actuellement, mais c’est étrange, je n’arrive pas y croire ! Puisque cela résiste, c'est à partir de ce constat de la solidité de ce principe que nous pourrions construire une nouvelle forme monétaire.

REGULATION

Fions nous à cet équilibre comptable et supposons un ordinateur parfait (tant qu'à être utopique !) qui contiendrait tous les comptes de tout le monde, dont la somme totale représente la masse monétaire en circulation. Aucun compte ne pouvant être négatif. Toute transaction se faisant entre deux personnes d’accord pour débiter un compte et créditer l’autre l’enregistrement de cette transaction étant immédiatement enregistré via GSM par exemple.

Pour réguler cette monnaie, il y a au moins quatre outils possibles :

Chacune de ces actions pouvant être positive mais aussi négative, suivant la situation, un taux même négatif de prélèvement reviendrait alors à faire une aide financière automatiquement calculée.

Il est nécessaire d’induire un système régulateur pour ne pas être dans un système instable passant sans arrêt par des euphories ou des pessimismes (ce que je constate sur notre système actuel qui va de crises en crises entre des périodes de délire expansionniste). Il faut donc une action "mécanique et tempérée" de régulation pour tenir compte d’un délai de réaction de l’économie toute entière.

Avec la contribution sociale prise sur toutes les transactions via un taux automatiquement calculé d’un coté et l'apport d'une allocation sociale (minimum vital, revenu de vie etc...) elle aussi automatiquement calculée en fonction des résultats globaux de l'économie, il devient possible d’assurer un équilibre monétaire afin de maintenir le prix de l’heure de travail à un niveau constant ainsi que la valeur des marchandises, les variations de prix ne seraient plus dues qu'à la seule variation des conditions de production.

Plus finement si l'allocation sociale contribue au réglage de la masse monétaire et à l'incitation au travail, son taux de progression avec l'âge permet d'agir sur l’incitation au choix de l'âge de la retraite. (Lire ce survol plus complet de cette logique [ lien : "www.trazibule.fr/solution.php" ]).

Question : si l’heure de travail à tendance à augmenter, cela peut signifier soit qu’il a trop d’argent en circulation, soit pas assez d’offre de travail, dans un cas le problème vient de l’outil d’échange dans l’autre cela vient de l’offre d’emploi. (Voir équilibre masse monétaire des prix et du travail [ lien : "www.trazibule.fr/monnaie-equilibre-prix.php" ].)

Si cette tendance à l'inflation des prix et des salaires, est due à l'excès de masse monétaire il devient possible de la diminuer en augmentant le pourcentage du prélèvement social. Si elle est due au rapport entre offre et demande d’emplois qui en est la cause, la population n'est pas assez laborieuse, alors l’action sur le taux de progression des minimums vitaux devient logique pour stimuler l'emploi.

ACCUMULATION

Comment résoudre une accumulation de masse monétaire immobilisée, qui peut agir sur le marché soit en bloquant les échanges, soit par des remises en circulation brutales ?

Cette nouvelle monnaie doit pouvoir être gérée avec cet état d’esprit, ce sont des reconnaissances de dettes, celui qui est riche l’est parce que beaucoup de gens reconnaissent lui devoir quelque chose. Cette reconnaissance lui donne le pouvoir de réaliser de grands projets. Mais s’il ne réalise pas ces projets il trahit cette reconnaissance.

Inversement celui qui se retrouve à devoir à tout le monde, parce que ses compétences ou les vicissitudes de la vie l’ont conduit au marasme, a besoin de la solidarité de tous. Il est trop facile de dire que c'est de sa faute ou à cause de son caractère, alors que ce comportement reste de toute façon issu de l'histoire de son éducation et de sa vie dont il n'est pas vraiment responsable.

La thésaurisation accumule de l'argent inutilisé dans les échanges, cette diminution de l'argent en circulation freine les échanges avec une baisse des prix par manque de monnaie ce qui pourrait entrainer une fabrication nécessaire de monnaie ce qui provoquera une inflation lorsque ces sommes immobilisées seront remises sur le marché, profitant au passage de la baisse des prix. Alors avec un taux (qui peut être positif ou négatif) appliqué l'immobilisation monétaire c'est à dire sur la partie dormantes des comptes, cela peut freiner ou accélérer cette tendance à l'économie.

En supposant ces questions résolues, nous aurions alors une monnaie, avec un critère universel servant d’étalon et des mécanismes pour la réguler de façon à ce qu’elle garde sa même valeur réelle dans le temps. Elle devient indépendante des états ou des banques et transparente dans son fonctionnement avec des règles connues de tous. Elle est le résultat d’une loi et pas d’une manipulation par une banque quelconque aussi respectable soit-elle.

PROPOSITION D'UNE SOLUTION

Attention ceci est en brouillon, mais la situation actuelle me démontre qu'il est très urgent de lancer des idées nouvelles pour nous sortir de ces impasses financières.

Voir le chantier en cours d'écriture ! [ lien : "www.trazibule.fr/monnaie-construction.php" ]

Page écrite le 15 février 2009 modifié 08-06-2011

Retour. [ lien : "www.trazibule.fr/monnaie-serie-2.php" ]
Suite technique. [ lien : "www.trazibule.fr/monnaie-construction.php" ]

Commentaires et dialogues pour cette page


?>

Intervenant Bruno Lemaire, Professeur, HEC Paris - le 25-08-2009 à 11-12

Réflexions fort intéressantes et même très profondes. Les attendus et l'introduction sont à retenir, et je partage entièrement les objectifs de l'auteur.

Juste 1 bemol:

1) comme étalon, je ne crois absolument pas au temps de travail, je prefererai un étalon 'infraudable', en remplaçant l'or par de la pierre de lune (il doit en exister 50 ou 100 kilogs, facilement retraçable)

Pour le reste, étant depuis 12 ans un ardent défenseur d'une allocation universelle (que j'ai appelé Revenu Minimum de Dignité) je soutiens évidemment vos propositions.

B.L.

Intervenant Trazibule - le 26-08-2009 à 23-14

Merci de vos encouragements qui me touchent.

Pourquoi cet étalon monétaire:
J’ai cherché un étalon qui ne soit pas manipulable par qui que ce soit. Votre idée des pierres de lune est effectivement solide. Personnellement je ne la partage pas pour les raisons suivantes : Ces pierres ont une valeur scientifique qui ne sera vraiment reconnu que par nos civilisations qui place très haut les valeurs scientifiques. Mais les valeurs des amateurs de sciences ne sont pas celles des fous de Dieu, pourtant tous deux seront un jour amené à commercer ensemble car tous ont besoin d’échanger leurs denrées, car tous ont des besoins vitaux.

Comment faire un commerce équitable si l’étalon qui n’a pas la même valeur symbolique ?

En cherchant un étalon, il apparaît qu’il peut très bien ne pas être matériel, puisque nos monnaies actuelles n’ont finalement que la confiance comme étalon ? (Cela crée d’ailleurs un abus de pouvoir incroyable de la part des détenteurs de cette confiance, qui peuvent se permettre d’imposer des décisions sans débats, sous prétexte de restaurer cette confiance face à la menace d’une chute monétaire catastrophique surtout pour leur pouvoir).

Pour trouver donc un symbole universel il faut donc s’intéresser aux besoins essentiels de l’homme, quels qu’ils soient, fou de Dieu ou fou de sciences, cultivés ou primaires. Or tous on besoin de vivre. L’eau ou la nourriture auraient pu fonctionner, mais leur répartition est beaucoup trop inégale pour être juste.

Après avoir tenté et éliminé de multiples autres étalons, et même essayé de réfléchir à une monnaie consommable sans étalon, il n’est resté qu’une seule valeur, universelle en tout temps, en tous lieux et quel que soit la culture, valeur mesurée à sa propre référence, c’est le temps. C’est même plus concret que la confiance et il est quasi impossible de tricher avec.

Individuellement donner une heure de son temps de travail pour la collectivité est un effort connu par tous et relativement équivalent. Que celui qui en bénéficie puisse y trouver plus ou moins d’intérêt suivant l’énergie ou l’utilité reçue est une autre question.

Mais prendre comme étalon l’heure de travail d’un homme normalement constitué, semble une valeur universelle au-delà des cultures et des époques.

C’est l’application de ce principe relié à la notion de revenu minimum, et celle d’une monnaie auto régulée qui conduit à un système à mon avis cohérent.

Intervenant uman ET - le 15-07-2011 à 23-58

la solution existe depuis longtemps, sous la forme de chèques, emmit au besoin, par ceux qui font une transaction, mais sans recourir à une entité extérieure (banque ou banque centrale) qui demande un taux d'intérét pour avoir le droit de le faire!

Le texte de louis Even était prémonitoire sur l'état des choses banquaires et la solution : http://www.michaeljournal.org/ilenauf.htm et cela il y a bientôt in siècle!

Intervenant DeTapiece - le 23-07-2011 à 14-42

une monnaie idéale :

Elle doit servir aux échanges en fixant une valeur stable

=> la monnaie fondante est un exemple historique de monnaie non stable qui a pourtant fait ses preuves ...

Elle doit permettre de constituer des capitaux afin de rendre possible la réalisation de grands travaux sans qu’elle perde de sa valeur ...

=> la réalisation de grands travaux nécessite avant tout une confiance partagée et durable entre tous les intervenants nécessaires. Où est la preuve que seuls des capitaux peuvent amener cette confiance ? ... et alors, où serait la preuve que la perte de valeur de la monnaie serait nécessairement un obstacle insurmontable ? ....

Elle doit être d’égale valeur pour tous les peuples pour éviter ces disparités monétaires  ....

=> pas du tout de cet avis !  C'est à cause de tels a priori qu'avec la "Mondialisation" on en est arrivés à additionner des carottes et navets : à mettre en balance le salaire de victimes de dictaure (sans sécurité sociale, ni garanties de retraite ou chômage) avec le salaire de tâcherons français (devant cotiser à plein de choses par impôts, taxes ou autres subtilités ...)

Diminuer la masse monétaire est plus gênant car comment retirer de l’argent acquis de la poche des gens ?

=> Encore une fois, la monnaie fondante a fait ses preuves ! ...

(et n'est pas question pour autant dans ce cas de retirer de l'argent acquis de la poche des gens ) ni d'inflation ... ni de perte de confiance

Reste la pression fiscale pour retirer de l’argent en circulation. Cela ne marcherait même pas car avec des impôts supplémentaires

=> Sauf si ... cette pression fiscale remplaçait purement et simplement les impôts ! ....

... le don aux pauvres ne doit pas être une assistance

=> Cette notion de "don fait aux pauvres" est bien confuse !  D'ailleurs, un don peut-il être une assistance ? (ou bien une assistance peut-êlle être un don ?) ...

... Comment gérer un tel étalon ?

=> très judicieuse question !!    ;-)

Régulation ? Accumulation ?

Il est nécessaire d’induire un système régulateur pour ne pas être dans un système instable passant sans arrêt par des euphories ou des pessimismes ....

=> les exemples connus de "monnaie fondante" témoignent d'une auto-régulation naturelle ...

( rien de pire que l'idée de super-puissants qui prétendraient vouloir réguler une monnaie mondiale !!!)

Quant à l'accumulation, le problème est structurellement exclu dans le cas d'une monnaie fondante !

Intervenant Trazibule - le 23-07-2011 à 18-05

L’avantage de la monnaie fondante et d’interdire une forme de spéculation et de thésaurisation qui sclérose et parasite l’activité économique, cela explique son succès plutôt à petite échelle. Je crois qu’il reste un inconvénient : la représentation de valeur des marchandises comme du travail est instable, et la non mémorisation des prix variable pénalise les faibles qui n’ont pas à leur disposition des outils sophistiqués de calculs. Enfin comment investir pour de grands travaux futurs si l’accumulation de monnaie disparait avec le temps.

Sur ce point votre argument par contre semble juste, une confiance peut exister sans capitaux, avec une démocratie solide. Mais comment un particulier peut mettre de l’argent de coté pour sa future maison avec une monnaie fondante ?

« pas du tout de cet avis !  C'est à cause de tels a priori qu'avec la "Mondialisation" on en est arrivés à additionner des carottes et navets …»

Par contre sur ce point je maintiens ma position, je suis choqué de voir par exemple payer en monnaie locale sans valeur les ouvriers d’Afrique pour leur revendre ensuite en dollars l’énergie ou nos marchandises. L’atout d’une monnaie commune interdit ce qui pour moi est une vraie escroquerie. Le coût du travail local n’est pas diminué que de l’absence de charges sociales mais essentiellement des taux de change entre les monnaies utilisées.

La monnaie fondante retire de la valeur aux espèces mais pour ne rien en faire, juste créer un dynamisme, ma solution reprend l’idée mais au lieu de la faire disparaitre de la valeur elle l’utilise pour ravitailler l’état et les nécessaires solidarités. De plus la stabilité nominative des prix inspire confiance et facilite les prévisions.

Ma solution n’a plus besoin de pression fiscale, imaginez la simplification administrative, l’état est directement alimenté par le fonctionnement de la monnaie elle-même, mieux encore l’état ne peut pas facilement s’octroyer plus que sa part.

Oui cette  notion de "don fait aux pauvres" est ici rapidement évoquée, mais elle s’éclairci par d’autres pages de ce site.

Comment gérer un tel étalon (temps) ? La réponse est là : au lieu de mesurer le SMIC en monnaie, la  monnaie est mesurée en SMIC.

« les exemples connus de "monnaie fondante" témoignent d'une auto-régulation naturelle...»

N’est ce pas la même idée qui prétendait que le capitalisme libéral devait s’autoréguler par la l’équilibre des marchés ? Je préfère une autorégulation avec des règles connues que de faire confiance à la bonne volonté des utilisateurs.

Intervenant DeTapiece - le 29-07-2011 à 11-55

ne partons pas des solutions toutes faites aujourd'hui pour apporter de réponses à nos réels besoins ; Vous dites : "

Mais comment un particulier peut mettre de l’argent de coté pour sa future maison avec une monnaie fondante ?
=> Ne pourrait-on pas imaginer de nouvelles façons d'obtenir sa future maison sans mettre de l'argent de côté ?
____

Le coût du travail local n’est pas diminué que de l’absence de charges sociales mais essentiellement des taux de change entre les monnaies utilisées.
=> Ne pourrait-on pas exiger que le salaire soit versé en tenant compte de la monnaie utilisée par le travailleur ?
____

ma solution reprend l’idée mais au lieu de la faire disparaitre de la valeur elle l’utilise pour ravitailler l’état
=> la solution que j'évoque itou !  on a du mal se comprendre
(cf : Sauf si ... cette pression fiscale remplaçait purement et simplement les impôts ! ....
____

la  monnaie est mesurée en SMIC
=> hum : cette définition récursive de la monnaie risque de tourner un peu en ronds ;-)
____

de faire confiance à la bonne volonté des utilisateurs
=> ceci me paraît confus ! Où a-t-il été question "de faire confiance à la bonne volonté des utilisateurs" ??

Intervenant Trazibule - le 29-07-2011 à 15-57

Oui il est possible d’imaginer d’autres façons d’acquérir sa maison que par capitalisation d’un apport, j’ai une ancienne page [ lien : "www.trazibule.fr/achat.php" ] qui évoque cette solution, idée qui est le fondement des crédits aux logements accordés aux USA qui conduiront à la crise des sub-primes, car les banques ont inclus pour leurs profits un taux variable de prêt totalement injuste surtout quand on sait qu’elles n’empruntent elles même ces capitaux jamais à taux variable. Résultat l’acheteur non seulement paye beaucoup plus cher son domicile, mais en plus il sert d’assureurs aux banques en cas hausse des taux et de baisse des valeurs immobilières.

Ce serait bien de pouvoir exiger un salaire tenant compte des monnaies utilisés par les travailleurs, mais qui a le pouvoir d’exiger cela ? Personne n’a ce pouvoir. Une monnaie indexée sur le temps de travail impose de fait cet idéal.

A propos de la « pression fiscale » voir la page TEB [ lien : "www.trazibule.fr/teb.php" ] qui explique comment j’entrevois une érosion monétaire remplacée par un prélèvement fiscale sur la monnaie elle-même.

Il n’est pas facile de faire comprendre l’idée d’un étalon monétaire fondé sur le temps, d’où l’image de la monnaie évaluée en smic. Ce n’est pas une définition récursive. La valeur unitaire de monnaie est le temps de travail. Quelque soit le travail, puisqu’il ne s’agit pas de l’heure d’une personne particulière, mais d’une moyenne sur l’ensemble de l’activité économique. Autant je ressens cela comme vraiment logique autant j’ai un peu de peine à exprimer cela en langage clair. C’est presque plus facile en termes mathématiques.

Quand je parle de confiance en la bonne volonté des utilisateurs, je fais référence à la période actuelle où par principe le capitalisme libéral espère une régulation spontanée des échanges par des outils tels que la concurrence, sauf que la concurrence s’avère ne jamais être loyale ! Les utilisateurs refusent ces règles du jeu pour être sur de jouer gagnant, ils trichent, si bien qu’à la fin certain ont tout pris et le jeu est obligé de s’arrêter ou de se délocaliser faute de joueurs.

Intervenant DeTapiece - le 30-07-2011 à 13-58

vous dites : "Oui il est possible d’imaginer d’autres façons d’acquérir sa maison"  ... Mais tout de suite après  : "j’ai une ancienne page qui évoque cette solution""
Alors existe-t-il "des" solutions ou seulement La seule solution que semblez être capable d'imaginer ? ...
... Encore un effort , SVP !  ... ( Piste pour une autre des solutions imaginables : qu'est-ce qui était pratiqué avant l'échange de la monnaie ? ...)
_____
Et qui aurait donc le pouvoir d'exiger une monnaie indexée sur le temps de travail ? Qui aurait le droit d'exiger ou d'imposer cet 'idéal' très particulier ?
____
Si vous entrevoyez vraiment "un prélèvement fiscal sur la monnaie elle-même", comment se fait-il que ne n'arriviez pas à entrevoir la possibilité de le faire avec une monnaie fondante ??
____
Si votre "temps de travail" est une "moyenne sur l'ensemble de l'activité économique" , ne faut-il pas évaluer cette moyenne ? Et en quelle unité de mesure ?  Si jamais cette unité de mesure ressemble de près ou de loin à une monnaie, je maintiens ma sensation de tourner en "ronds" !!
( N'hésitez surtout pas à utiliser des termes mathématiques : s'ils sont pertinents, il se trouvera fatalement quelqu'un pour savoir les traduire dans le langage du bas-peuple )
___
Intéressant ! Selon vous, c'est parce que les "utilisateurs" trichent que le "capitalisme libéral" ne marche pas.
On pourrait, à vous lire, avoir l'impression qu'il suffirait de savoir l'imposer ou exiger le respect de ses règles du jeu par un exécutif suffisamment fort, pour le faire marcher. ;-))

Intervenant Trazibule - le 30-07-2011 à 16-07

Ce n’est pas parce que je propose une solution, qu’elle est forcément unique, si vous en avez d’autres pour le logement, proposez les, ce site vous le permet [ lien : "www.trazibule.fr/ajouter.php" ] !. J’ai écris ailleurs une page à propos de l’héritage, qui pourrait être une redistribution des biens permettant à chaque adolescent de partir sur des bases un peu plus égalitaires, incitant ainsi les parents à transmettre plutôt des valeurs morales que des valeurs matérielles. Ceci conduit à une autre notion de la proporiété des logements devenant plsu près des biens collectifs que de la propriété individuelle. Reconnaissez qu'un tel changement nécessiterait une plus grande autorité encore que celle qui propsoe une simple nouvelle monnaie. La mise en place de l'euro montre que cela est possible sans trop d'autoritarisme.

Alors pourquoi imposer ? Il n’y a pas d’exigence, juste porposer une règle du jeu, si elle est acceptée elle fonctionne, sans autre besoin d’exigence. Si elle est refusée, alors rien à dire cette monnaie n’estpas utilisée donc plus de question. Ma proposition propose précisément une monnaie utilisée sur la base du volontariat cohabitant à coté des monanies traditionnelles, à chacun de choisir celle qui lui plait suivant les transactions qu'il fait.

L’inconvénient majeur que je trouve à une monnaie fondante est la perte de référence mémorisée par les utilisateurs.

La moyenne de l’activité économique est bien sûr mesurée par une unité monétaire, mais comme cette unité monétaire est corrigée par des règles, et que ces règles sont construites pour que cette moyenne soit stable, la variation de cette moyenne génère une correction qui la ramène à une valeur stable. Je sais que cela peut paraitre assez imprécis, je l’écris moi-même en disant que cette piste est encore en chantier, et que seule l’urgence actuelle générée par la crise monétaire m’a poussé à mettre en ligne mes brouillons. Je n’ai pas la prétention d’une solution aboutie mais seulement de proposer un itinéraire de recherche sur une base différente.

Je ne me fie pas à une bonne volonté populaire, je ne crois pas non plus à une volonté systématique des citoyens de tricher, je crois seulement qu’il faut des règles suffisamment solides et simples pour que toute tricherie soit évidente donc difficilement possible. Je vous invite à lire cette page

Intervenant Jean-Louis Magnol - le 14-09-2011 à 01-53

Jetez un coup d'oeil sur les propositions de Silvio Gesell et vous aurez la réponse sur la monnaie fiduciaire. Lisez aussi Helmut Creutz et Johannes Finckh.

Intervenant lauraneb - le 28-11-2011 à 21-46

reflexions interessantes

dans différents pays la monnaie "Temps" a été mis en place au niveau macroeconomie et economie locale... et à ce niveau, elle fonctionne, aussi longtemps que les différents intervenants se connaissent ou font partie de la meme communauté. L'echange se base sur une unité de temps de 60mn echangeable contre 60mn et qu'il n'est pas autorisé de prévaloir que une mn vaut plus que celle de l'autre...

le temps présente d'autres avantages : il est indivisible de la personne, il ne peut etre posseder par quiconque (qui possede la pierre de lune?), il ne peut exceder les 24h par individu, c'est a dire qu'il permet de limiter la spéculation à l'interieur des 24h soit qu'il n'est pas possible que quelqu'un cumule plus de 1440 mn dans une meme periode de 24h.

Mais comment gerer le fait que certains paysans pourront avoir une tres bonne recolte alors que d'autres qui auront fournit pourtant du temps, se verront avec une mauvaise recolte a cause du climat? le temps comme monnaie risque de nous conduire à une ideologie "comme la fourmie et la cigale"...

mais le temps n'est pas si important que cela : le veritable probleme est dans l'echange de marchandises ou de services, le controle des abus ou comment etre assurer que ce n'est pas toujours le meme qui donne son temps et qu'il y a bien participation, ou que tel pot de terre ou tel savoir ne sera pas surevalué par rapport à un autre et qui alors ouvre la porte à toutes les speculations.

en d'autres termes est ce que le temps que je viens de passer sur votre site à une valeur intraseque ou non...Je ne suis pas sur que tout le monde en comprenne l'interet...

Repondre à cela c'est repondre à notre problematique

Intervenant Trazibule - le 28-11-2011 à 22-43

Pour moi le temps étalon monétaire sert à définir une valeur à la monnaie. Il sert de critère pour un réajustement automatique permettant une absence d’inflation.

Autrement dit on ne mesure pas le SMIC en valeur monétaire mais on étalonne la valeur de l’argent sur le SMIC.

Le temps que vous avez passé sur ce site, n’a de valeur que par rapport à vos propres réflexions. Si ces propositions ne vous apportent rien, comme le paysan qui travaillerait sans réussir sa récolte, ce temps est perdu. Mais combiné à une activité intellectuelle débouchant sur de nouvelles idées, il devient du temps travail valorisé.

Le temps ne sert que d’étalon, comme la confiance pour les monnaies actuelles, mais de même que cette confiance crée de la « monnaie de singe » s’il n’y a aucune réelle valeur de travail pour la soutenir, le temps seul ne prend son sens que par la productivité du travail qu’il mesure.

Alors si le temps est isolé du reste de mes propositions, cela peut paraitre imparfait, et il est évident que limité à ce thème les critiques sont faciles.

Mais en combinant le temps en guise de référent, le minimum vital en guise de création monétaire, les taux de prélèvement TAC pour le social, TEB pour le fiscal, et une comptabilité de l’utilité sociale de l’entreprise au lieu d’une comptabilité des propriétaires, le système proposé prend une autre cohérence.

La page suivante [ lien : "www.trazibule.fr/monnaie-construction.php" ] bien qu'encore à l'état de brouillon, expliquera peut-être ce que je cherche à construire.

Intervenant lauraneb - le 29-11-2011 à 00-07

"Si ces propositions ne vous apportent rien, comme le paysan qui travaillerait sans réussir sa récolte, ce temps est perdu. Mais combiné à une activité intellectuelle débouchant sur de nouvelles idées, il devient du temps travail valorisé."

Mais si ce temps est perdu, on laisse alors le paysan mourir de faim ?

"combiné à une activité intellectuelle"

Certains pensent qu'avoir une activité intellectuelle ne sert à rien de la meme façon qu'un certain nombre d'individus pense que les artistes sont des feignants....

"débouchant sur de nouvelles idées"

ici vous reposez le probleme de efficacité ou le productivisme qui entrainera forcement une surevaluation de ceux qu'on pensera efficace et une devaluation de ceux qui ne le seront pas.... selon les personnes qui jugent

"il devient du temps travail valorisé."

attribuer une valeur à un acte ou à une pensée entraine des spéculations sur cette valeur...

Au final on en reviendrait aux memes problematiques qu'aujourd'hui, la speculation de la valeur

Intervenant Anonyme - le 01-12-2011 à 14-29

Je pense qu'aujourd'hui nous sommes dans une situation de tel doute sur l'ensmeble du système économique qu'il est urgent de comprendre que nous avons un nombre énorme de solutions entre nos mains a partir du moment ou nous sommes aptes a nous remettre en cause.

Intervenant Bal - le 10-12-2011 à 10-29

L'heure de travail pour étalon ? Marx et Proudhon ont déjà réfléchi à la question. Lire les critiques de Marx dans "Misère de la philosophie" qui répond à Proudhon ("Philosophie de la misère"). Même si l'on n'est pas maxiste, cette analyse mérite d'être connue. Pour ne pas faire du marxisme sans le savoir... Ou bien au contraire de l'antimarxisme sans le savoir...

Note : Il ne s'agit pas du Marx communiste, mais du marx économiste.

Intervenant Anonyme - le 17-12-2011 à 18-25

Bonjour.

J'avoue que je n'ai pas tout lu, ou alors en diagonale...

Je ne crois pas que notre système monétaire soit foncièrement déficient, bien au contraire. Tout est politique. Qui recevra, qui paiera, quand, pourquoi: politique.

Et notre système économico-politique, pris dans son ensemble, n'est pas non plus déficient. Au contraire! Il est quasiment parfait, il accompli son rôle de manière magistrale: appauvrir le peuple et consolider le pouvoir de nos aristocrates.

Désolé.

Intervenant Bougabert - le 09-01-2012 à 08-28

Dans ma réflexion sur l'économie parfaite, je me heurte également sur l'étalon parfait. Dans votre analyse, vous nous proposer le "temps". Ayant une référence universel, ce resonnement fait effectivement partie de la solution. Mais personnellement , je pense Que le meilleur des étalons et au départ  "immatériel" car il s'agit du "commun accord".

Dans une économie, ce qui prime avant tout c'est la "confiance". Actuellement, lorsque nous avons en main ce que j'appelerais " la monnaie empirique " (euros, dollars , ... ), nous avons confiance en elle. Nous nous l'echangeons sans nous poser de question... Mais voilà , si l'économie s'effondre, et sa arrivera un jour... Nous perdons la confiance Et nos économie engendrant ainsi guerre et famine. J'aime les hommes malgré leurs défauts et leurs travers, et c'est en aucun cas ce que souhaite. Il faut redonner la place à l'humain dans l'économie Du futur, si l'on souhaite une économie perpétuel.

Comme je disais, l'étalon parfait n'est pas le "temps" mais le "commun accord". Lors d'un échange de services ou de biens entre deux personnes et c'est bien de cela dont il s'agit, il existe un accord entre celles-ci sur le prix de cette échange. C'est ce tarif qui va servir de "base de reference" pour l'ensemble de l'economie futur.

Prenons pour exemple la baguette de pain. Le vendeur et l'acheteur vont discuter et se mettre d'accord sur le prix de celle-ci. Si le tarif et trop élevé ils ne feront pas affaire, mais si le prix et correcte, alors, d'un " commun accord", l'échange va avoir lieu. Pour information le prix de cette baguette et de "une" valeur. C'est la base de référence de leur micro-économie.

Maintenant, le boulanger possède "une" valeur qu'il va vouloir dépenser. Il ne tient qu'à lui maintenant d'élargir les personnes de confiance avec qui il peut faire de échanges. Et sans intermédiaire qui viendrait prendre des intérêts illégaux,  sur son travail. Il doit pour cela créer et éditer sa propre monnaie avec comme étalon le prix de un, c'est à dire , le prix de référence sur lequel tte les transaction futur vont se baser.

Est ce que vous voyez ou je veux en venir ?


(Page imprimée: www.trazibule.fr/monnaie-sociale.php)