NOUVEAU !
2 visiteurs en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/luxe.jpg
 

RESUME: Aujourd’hui malgré une prétendue crise, les banques annoncent sans vergogne des bénéfices record,
tout en ayant remboursé en un temps fort bref les énormes sommes que l’état leur avait prêtées.
Voici une proposition fiscale réaliste qui résoudrait beaucoup de problèmes…

Pour aider notre économie.



T.E.B.
(Taxe sur les écritures bancaires)


Blague anglaise, le pays fondateur du libéralisme !

  • Regarde cette tache de sang, une voiture a du écraser un chat !
  • Un chat ? Non un banquier !
  • Pourquoi ?
  • Observe : Aucune trace de freinage !

Ainsi les banques ont perdu toute respectabilité, la haine devient universelle contre cette pratique légale qui consiste à gagner de l’argent sur le dos de ceux qui n’en ont guère.

Les états eux-mêmes se retrouvent sous le dictat de ces pratiques, la Grèce, l’Islande, n’en sont que des exemples.

Aujourd’hui malgré une prétendue crise, les banques annoncent sans vergogne des bénéfices record, tout en ayant remboursé en un temps fort bref les énormes sommes que l’état leur avait prêtées.

Or nos états sont couverts de dettes, souvent auprès de ces mêmes banques, alors la solidarité nationale doit fonctionner, en taxant les bénéfices bancaires ? Après tout s’ils savent bien travailler ils méritent peut-être ces bénéfices, non je propose autre chose.

Créons simplement un prélèvement sur les écritures bancaires. Une simple loi décide que dorénavant toute écriture bancaire participera au bon fonctionnement de l’état qui après tout assure l'existence des banques en imposant par exemple l’usage de comptes bancaires pour les salaires et toutes les transactions commerciales importantes. Les banques ne sont guère en mesure de refuser quand ce même état n’a pas hésité de son coté à les soutenir face aux difficultés où elles s’étaient elle-même fourvoyées du fait de leurs propres inconséquences.

Cette mesure devrait être facile à réaliser puisque toutes ces écritures sont déjà informatisées, de plus les banques n'ont rien à redire car ce ne sont pas elles qui payent puisqu’il s’agit des écritures de leurs clients.

Comment faire cela ? Une simple loi : La TEB, (taxe sur les écritures bancaires) : toute écriture bancaire sera dorénavant automatiquement prélevée de N % au profit de l’état. Essayons de définir ce taux N à partir de chiffres glanés sur le net.

Rien que les seuls échanges boursiers, pourtant déclarés très faibles en France aujourd’hui (17/02/2011) !

« les volumes d'échange ont été excessivement faibles puisque à peine 1,6 milliard d'euros ont été traités lundi à Paris. ».
Un autre site mentionne: « A la bourse de Paris, les échanges quotidiens sur le marché actions se situent entre 2 et 5 milliards d'euros. ».

Autre phrase : « La Bourse de Paris a vécu une séance sans grande tendance, dans un volume d'échanges modeste inférieur à 4 milliards d'euros. (06/03/2011) »

Tablons donc sur 4 milliards d’euros quotidiens. Choisissons un taux facile pour compter et si faible que personne n’oserait le contester : 0,01%, 1 pour dix mille !. Le rapport pour l’état serait chaque jour de 0.4 millions d’euros soit sur l’année avec 250 jours ouvrables pour un calcul simplifié, une rentrée pour l’état de 100 millions. Pas mal pour un taux indolore. Vous imaginez un trader oser râler sans honte que l’on prélève 1 pour dix mille sur ses achats ? Oui cela ressemble à la taxe Tobin, mais celle–ci ne pourra être appliquée que de façon internationale et sans gouvernement mondial difficile à réaliser. Continuons en raisonnant sur notre territoire national.

Observons que ces échanges boursiers sont inclus dans le volume des échanges interbancaires totalement informatisés lui aussi qui manipule des sommes autrement volumineuses : Les volumes échanges sont considérables plus de 50 millions d’opérations échangés en moyenne par jour ouvré – près d’une opération par jour et par habitant - avec des pointes journalières à plus de 80 millions d’opérations et des pointes horaires de 12 millions d’opérations. En capitaux, l’équivalent du PNB de la France est échangé tous les 8 jours ouvrés.

Si le PNB est estimé à 2 100 milliards, ces mouvements interbancaires manipulent cette somme par semaine donc nous pouvons récolter 0.21 milliards d’euros par semaine soit 10.92 milliards d’euros annuels sur les 109 200 milliards échangés !

Au passage je relève que les échanges bancaires doivent inclure les mouvements boursiers en France, comment faire entrer les 4 milliards de mouvements boursiers quotidiens soit 1000 milliards annuels dans ce chiffre à moins d’estimer que les seuls échanges boursiers représentent près de 50% des mouvements financiers ! Je comprends mieux pourquoi le travail est autant dévalorisé par rapport à la finance !

Mieux encore, si notre nouvelle loi parle d’écritures bancaires, c’est parce qu’elle ne se limite pas aux seuls échanges entre banques, sinon beaucoup s’amuseraient à ne réaliser leurs opérations que de façons interne dans une même banque. Il s’agit bien de toutes les écritures bancaires de compte à compte. Je pense pouvoir faire l’hypothèse que le montant initial est au grand minimum doublé (Attention je n’ai trouvé aucune information sur cette estimation) ! Nous voilà avec nos petit 0.01% avec une rentrée de près de 22 milliards d’euros ! pas mal non ?

Faisons le raisonnement inverse :

Le budget de l’état est de 250 milliards, issus de tous les impôts et taxes, or tous ces impôts et taxes passent par des échanges bancaires !

Tournons autour de ces nombres loins de nos habitudes quotidiennes. Les banques échangent entre elles annuellement 109 200 milliards, l’état a besoin de 250 milliards, chiffre vérifiable puisque qu’il correspond à cette phrase « Le seul budget de l’état représente 12% du PNB. »

Pour assumer ce budget, l’état a des revenus (au fait j’en cherche le détail) et des recettes fiscales que j’estime à partir de cette phrase « La France compte 35,8 millions de contribuables : la moitié seulement (17,9 millions) paie l’impôt sur le revenu. Dans le projet de loi de finances pour 2011, l’impôt sur le revenu représente 52,1 milliards d’euros, soit 20,5 % des recettes fiscales nettes de l’État. » Cela donne donc un volume de recette de 254 milliards.

Pourquoi ne pas assumer tout le budget de l’état rien qu’avec la TEB ? Plus d’impôts sur le revenu, ni TIPP sur l’essence, plus de TVA non plus! Simplification fabuleuse, égalité et transparence parfaite ! Mécanisme sans paperasse et contrôle quasi inutile.

Quel taux faudrait-il appliquer pour prélever ces 254 milliards sur les 109 200 milliards des échanges bancaires ? Cela fait 0.23%, dommage pour une banque cela devient gênant, 23 pour dix mille, nous sommes loin des 1 pour dix mille. C’est pour cela qu’il ne faut pas considérer la TEB comme une Taxe sur les échanges bancaires mais une taxe sur les écritures bancaires ! D’autant plus qu’il deviendrait plus rentable de travailler sur deux comptes d’une même banque que sur deux comptes de banques différentes ce qui accroitrait encore les regroupements bancaires.

Pour affiner les calculs il faudrait estimer le nombre d’écritures internes dans une banque hors des chambres de compensations, par rapport au nombre d’écritures externes ! Quelle est la proportion de ces échanges interbancaires par rapport au volume des écritures bancaires ? Difficile à évaluer, vu la dimension des banques, de nombreuses écritures sont internes entre deux comptes de la même banque. Je présuppose de très heureuses surprises, vu la dimension des banques qui peuvent ainsi passer une part très importantes de leurs écritures d’un compte à l’autre au sein du même groupe bancaire.

Faute d’informations (recherches en cours) et supposant ce nombre à 50% la TEB est réduite encore de cette proportion ! Le taux serait donc de 0.12%. Dans le doute et pour simplifier les calculs gardons un chiffre défavorable de 0.2%.

Au fait quelles conséquences sur les prix ?

Les prix baissent de 19.6% sans TVA mais la transaction d’achat coute 0.2% soit 19.4% de baisse partout, comme les salaires perdent eux aussi 0.2% sur leur virement,le gain de pouvoir d’achat augmente de 19,2% ! Et l’état touche autant de recettes ! Au fait les dépenses de l’état baissent donc aussi de 19% sur ses achats car l’état paye ses factures avec une TVA quand il achète lui aussi. Il faudrait trouver dans le budget de l'état la part des salaires par rapport à la part des achats qui baisse de 19%.

En tout cas les entreprises seraient ravies ne ne plus avoir à gérer les montants de TVA pour le compte de l'état!

Est-ce que les banques pourraient répercuter ces frais sur leurs facturations ? Si vous réfléchissez vous voyez que cela est absurde, car toute augmentation de x% de frais bancaires devra elle aussi ajouter sa TEB et de toute façon cela ne leur rapporte rien puisque ce ne sont pas elles qui payent la TEB mais ceux qui passent des écritures, ses propres écritures représentent une part infime de ses frais. Au pire elle pourrait augmenter ses tarifs de 0.2% ! oh la la ! Quelle tuile ! Vu la suppression de la TVA qui baissent les prix de ses services de 19.6% et de la disparition de l’impôt sur le revenu je pense que le français moyen risque de ne pas trop se plaindre.

Conséquence sur les échanges ? Bouger de l’argent coute 0.2 %, alors la bourse aura tout intérêt à calmer le jeu et à ne changer les actions de mains qu’au dessus d’une variation de 0.2%, je ne pense pas que cette stabilisation des actionnaires, perturbe beaucoup les entreprises, ce serait plutôt de nature à privilégier des placements à plus long terme, donc à revaloriser le rendement de l’entreprise par rapport au rendement de l’action.

Au fait que feront les petits malins qui ne veulent pas payer la TEB ? Vider un compte pour une banque étrangère ? Parfait pour eux sauf qu’au départ ils paieront au moins la TEB une fois ! Puis lorsqu’ils voudront acheter quoi que ce soit ils devront tout payer en liquide, à part de petites sommes, les vrais échanges deviennent vite problématiques ! Croyez-vous que pour économiser 0.2% cela vaille le coup ? Surtout que s’ils dépensent dans un autre pays il y aura au moins 15% de tva contre 0% en France !

C'est vrai les petites gens qui paient tout en liquide ne feront pas d’écriture bancaires et priveront l’état de leur part de TEB déjà qu’ils ne paient plus leur part de TVA, pour l’état cela ne change rien puisque le calcul revient au même, il n'y aura pas moins d'écritures bancaires, mais pour ces personnes c’est enfin la fin de cette injustice souvent relevée, quand les pauvres acquittent une TVA disproportionnée par rapport à leur moyens.

Petits ajustements, vu que les prix sans TVA baissent de 19% le volume des écritures bancaires liées aux prix baissent d’autant, mais est ce grave ? Quelle est la part des achats de consommation réels dans les écritures bancaires ? Vu que déjà 50% sont occupés par la bourse (voir plus haut), qu’en plus les salaires comme les achats passent par des écritures bancaires et qu’on peut supposer que l’ensemble des salaires correspond à peu près à l’ensemble des achats et frais de toutes sortes seuls 50% des 75% restants sont affectés par cette baisse soit 37.5%, quelle est la part de ces achats qui paient une TVA ? Vu que déjà 25% passent en placements financiers la baisse de prix (TVA en moins et TEB en plus) le CA réduit de 27% au pire il faudrait augmenter une TEB d’autant pour arriver au même rendement, allez même la plus forte TEB à 0.2% passe à 0.23% !

Rappelez-vous aussi que sur certains produits la TVA et TIPP n’est pas à 19.6% mais presque 80% comme l’essence Le calcul devient plus complexe et beaucoupplus avantageux. Comme la part des carburants est relativement faible, le résultat revient au même. Mais un carburant qui baisse de 80%, quelle aubaine pour l'économie ! Il serait même utile de garder un peu de TIPP (taxe sur les produits pétroliers) afin de financer la recherches d'autres combustibles moins polluants, motivées par un prix de carburant pas trop bas.

Payer 0.23% sur les écritures bancaires, et ne plus payer d’impôt sur le revenu, sur les sociétés, plus de TVA, moins de TIPP, et autres gadgets fiscaux, et plus de déclarations à faire aussi diverses que complexes, vous ne seriez pas preneur ? Même les entreprises applaudiraient ! Il ne resterait que les charges sociales (Pour cela voir la proposition de la TAC), et les impôts locaux non pris en compte dans cette estimation.

TEB et inflation ? Juste une petite observation initiale, que l’inflation monte ou descende la TEB restera forcément exactement proportionnelle aux échanges puisqu’elle est prélevée sur tous les échanges.

La TEB est en fait un réducteur d’inflation, car au lieu de voir l’économie prélèver spontanément sur la monnaie une partie de sa valeur pour rééquilibrer ses échanges, la TEB prélève cette somme à la place de l’inflation. En cas de besoin l’état peut ajuster la TEB au lieu de faire fonctionner la planche à billets. En cas de récession il suffit de diminuer le taux de la TEB. Plus la TEB est élevée plus les échanges ralentissent, car «bouger» de l’argent coute plus cher, cela ne joue que sur les sommes importantes, celles précisément manipulées par la spéculation, même si la TEB s’ajoute aux taux de crédit, cela reste extrémement positif pour les populations ravies de ne plus payer de TVA.

Qu’est ce qui empêche l’état de profiter du mécanisme et de s’octroyer un prélèvement disproportionné ? C’est vrai après tout un état pourrait décider de décupler le taux et donc ses recettes. Il prendrait ainsi la même liberté que du temps où il avait le libre choix d’imprimer autant de billets qu’il voulait. Je pense que les banques auraient la même réaction qu’aujourd’hui, elles combattraient pour réduire ces taux. Reste qu’il serait important que la fixation de ce taux soit issue d’une loi mécanique et non d’une décision politique ou alors vraiment démocratique.

Cette étude ne fait que commencer et cette question reste donc à travailler…

Si mes chiffres sont faux, dites-le moi, je serais ravi d’en avoir de plus fiables, si ce sont mes calculs qui sont faux profitez en pour me corriger avec la meilleure sévérité.

Page écrite le 20/02/2011

               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 08:02
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

1

0

2

2

1

2

13

21
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Intervenant jff - le 11-04-2011 à 12-58

très bon article

sachant que la spéculation qui a appauvrit les pauvres et enrichit quelques traders genere des surcouts cela pourrait comme vous le dites limiter le virtuel des traders. Ainsi lorsque le commerce traite un baril le virtuel en traite 35. idem pour les matière premiere.

je n'ai pas lu encore la TAC mais de combien pourrait on augmenter la TEB pour supprimer les charges sociales.

Intervenant Trazibule - le 11-04-2011 à 22-38

Très bonne idée, pas besoin de s’embêter avec une mise en place de la TAC que d’ailleurs très peu de gens arrivent à comprendre.

Si  0.2% suffisent à couvrir TVA, TIPP, Impôt sur le revenu et toutes les autres taxes actuelles, en passant seulement à 0.4% cette solution peut couvrir en prime tout le social. Ce qui en plus sera plus facile car sans charges sociales, imaginez la chute du taux de chômage !

Ce serait si simple… Pourquoi personne n’y a pensé ? Même vous, vous m’avez montrez que je m’arrêtais bêtement dans mes réflexions en n’y incluant pas le social. Il est très difficile de faire simple et de penser autrement que dans le cadre de nos habitudes.
Mais je crois que le problème de la situation actuelle à une origine plus subtile qu’une simple question économique, sinon cela aurait été réglé depuis longtemps.

Scoop: Je prépare un article sur « l’exercice du pouvoir » où j’espère apporter quelques idées.

Intervenant sylroll - le 16-04-2011 à 21-19

Très séduisante idée

Mais je me demande si cette taxe ne devrait pas être d'abord utiliser à résorber la dette et sa charge ?

puis être alouée aux dépenses de solidarités ( en y incluant la santé entre autres ?)

Intervenant Trazibule - le 16-04-2011 à 23-18

J'ai proposé pour le social d'appliquer la TAC.

Quand à la dette je pense qu'elle n'a pas besoin d'être remboursée car même si elle était remboursée, les financiers ne sauraient pas où placer de telles sommes d'argent, car il n'y a rien au dessus des états qui pourrait être solvable sur de tels montants. Un tel remboursement, devenu inutilisable, détruirait plus rapidement encore la monnaie elle-même, qui est déjà en train de perdre toute crédibilité.

En plus les financiers n'en ont pas besoin pour vivre, alors pourquoi ne pas annuler la dette sans remord !

Qu'est ce qu'on risque ? Un très mauvaise note de la part de agences de notation ? Et bien au moins nous n'aurons plus la tentation d'emprunter !

Intervenant jff - le 18-04-2011 à 17-50

Il est important de faire circuler cet article dans les états majors politiques afin qu'ils s'en inspirent au lieu de débats stériles qui ne nourrissent pas ce bon peuple de France. Un bon moyen de gagner à coup sur du pouvoir d'achat tout en offrant une meilleure compétitivité aux entreprises qui pourront créé de l'emploi sans remettre en cause des acquis sociaux.

je relaie cet article sur le site http://www.arcrachatcredits.org/news.php?article=729

Sans s'éloigner de la TEB meilleure que la TAC et tva sociale impopulaire comme l'est le remboursement de la dette pour tous les pays d'Europe (Gréce Ireland,Portugal, Espagne et a venir France etc) il faut surtout revoir comment cette dette continue a nourrir  la spéculation.(Augmentation des taux d'intérêts a ceux qui ne peuvent déjà pas payer) et voir aussi l'origine de la crise mondiale financière avec les subprimes, l'affaire madoff et la banque lehman Brothers.

en dessins subprimes http://www.arcrachatcredits.org/articles.php?article=71

Intervenant Jack Maillard - le 24-04-2011 à 18-13

Je pense que l'Etat doit faire tourner tout l'argent nécessaire pour que l'Offre soit accessible à la Demande. Sauf à me voir présentée une Loi de Finances en équilibre fondée sur le réalisme d'une consommation réclamée par la Demande, La méthode dotante d'Inoppression Active me semble la seule à le permettre.

Intervenant Trazibule - le 24-04-2011 à 19-30

L’erreur fondamentale à mon avis de « l’Inoppression Active » est de s’appuyer sur la notion de TVA.

Aujourd’hui les entreprises payent leur part du social avec les charges sociales, si un système de type TVA sociale ou « d’Inoppresion Active »  reprend le principe de la TVA si je vous comprends bien, les entreprises  pourront ne plus payer leur part de social puisque qui dit TVA dit récupération de la valeur ajoutée. Le fiscal et le social  ne seront finalement assumé que parles ménages ou associations qui seuls  ne peuvent pas récupérer la TVA.

Tous ceux qui savent faire passer sur l’entreprise leurs dépenses personnelles pourront eux aussi  récupérer la part de TVA, ce qui sera d’autant plus tentant si celle-ci est majorée.

Personnellement  je considère qu’une entreprise est une consommatrice comme un ménage,  que ce soit pour donner du travail, fabriquer des produits, élever un enfant ou nourrir une famille, toute consommation est  du même ordre économiquement parlant. Dédouaner les entreprises de leur part par une récupération de TVA est injuste : Ainsi pourquoi  aurait-on  le droit de payer un Café ou son électricité moins cher car détaxé puisque la TVA est récupérer dans les frais de fonctionnement de l’entreprise ?

Trouver les fonds nécessaire à  l’état pour son train de vie et ses aides sociales, sur la consommation des ménages est l’erreur faite déjà actuellement, il ne faut surtout pas l’amplifier en substituant les charges sociales par une tva quelle qu’elle soit.

L’économie libérale, permet à chacun de chercher où il sera possible de gagner le plus, son équilibre passe donc par une égalité de fiscalité pour tous, qu’ils soient financiers, banquiers, entrepreneur, salariés ou simplement consommateur. Si une niche quelconque permet de gagner en étant moins taxé qu’ailleurs, tout ceux qui peuvent s’y précipite, ainsi les circuits financiers non taxés ont raclé quasiment toute la monnaie en circulation ce qui cause notre difficulté actuelle.

C’est pour cela que je préconise une solution la plus égalitaire possible, suivez mes propositions : La TAC, la TEB (ci-dessus) ou la monnaie sociale. qui au moins répartissent les frais collectifs sur tous les acteurs sociaux. Si vous avez la curiosité de voir les simulations chiffrées, vous seriez convaincu je pense de leur efficacité.

Intervenant retraitée EN - le 27-05-2011 à 09-56

je ne connais pas l'auteur de ce texte mais il mérite le NOBEL de l'économie !

Intervenant webSioux - le 05-06-2011 à 13-27

Solution d'une simplicité remarquable !

Les banques sont des entités à part dans notre système de société entièrement organisé par la mécanique de l'argent, il est donc logique que le financement de la société passe aussi par le système bancaire.

Plus de fiscalité usine à gaz, juste des contrôles des écritures banquaires.

Un système simple et compréhensible par tous.

Où est ce qu'on signe ?

Intervenant citoyen français - le 14-06-2011 à 01-06

Je ne comprend pas les tenants et aboutissants de ce texte. Exemple: je suis au trés mal payé, au SMIC et je suis ponctionné sur cette somme dés l'arrivée de mon salaire sur mon compte bancaire. Ensuite je paie avec  mon salaire mes dépenses d'eau, électrécité aliments etc... et je suis à nouveau ponctionné! le mois suivant je vais aller retirer la totalité de mes besoins pour payer en espèces toutes mes factures..; et j'évite donc la banque. On revient au régime du bas de laine aux espèces et aux possibilités de black à grande échelle. est ce ce à quoi vous désiriez aboutir? Vous méclaireriez

Intervenant Trazibule - le 14-06-2011 à 09-24

Je suis surpris de constater que vous puissiez ne voir que ce qu’on vous prélève par ce système de TEB et pas ce qu’on vous donne : Oui à chaque mouvement d’argent  il disparait de votre compte 0.23% ce qui reste une somme très faible mais grâce à cette logique avez-vous lu que cela supprime toutes les charges de la TIPP environ 80% de baisse sur le prix des carburants, tous les impôts sur le revenu, c’est vrai qu’au SMIC  cela ne vous concerne pas, mais également toute la TVA, cela représente quand même une baisse de 5% à 19% autrement plus grande qu’une  TEB à 0.23% !

Exemple celui qui se contente de son quotidien, son smic, son loyer, sa nourriture, ses factures, se verra prendre 0,23% sur le chèque de son salaire et 0.23% sur tous ses règlements bancaires soit 0.46%, alors qu’actuellement il paye entre 5% et 19.6% de TVA ! C’est quand même plus intéressant pour lui n’est ce pas ?

Prendriez-vous vraiment le risque de retirer tout votre salaire dès qu’il est crédité sur votre compte pour tout payer en espèces, histoire d’économiser 0.23% sur vos achats soit 2 euros 30 sur 1000 euros ! Puis faire le tour des bureaux pour payer EDF, loyer,  Téléphone, etc.  Non je suis convaincu que personne ne sera tenté par l’aventure, surtout qu’en plus le risque de vol deviendrait permanent.

J’imagine que vous allez me dire: Mais si les populations payent si peu et gagnent autant, d’où vient l’argent ?  Il vient précisément de tous ceux qui  actuellement jouent avec l’argent en toute impunité, ceux qui  placent, spéculent, investissent de façon très éphémère, et jouent quotidiennement en bourse.

Les hommes recherchent en général leur profit maximal de façon plutôt égoïste, alors de même que l’eau coule vers le plus bas niveau, les hommes qui le peuvent se précipitent vers les revenus les moins taxés, quand l’état en est arrivé à trop taxer le travail celui-ci disparait, quand le commerce et l’industrie le sont aussi celui-ci végètent,  la spéculation, les jeux de la bourse, les transactions financières de toutes sorte fleurissent car eux sont relativement beaucoup moins taxés. La TEB a l’avantage d’être au moins égalitaire pour toutes les formes d’activités humaines, puisqu’elles les taxent toutes au même niveau et exactement proportionnelle à leurs montants respectifs.

Intervenant Francoise Fondadouze - le 04-07-2011 à 16-28

Voici une réflexion originale et qui, ma foi, semble fondée sur une base sérieuse. Je dis semble car, en vérité, cette proposition est trop belle pour être honnête ! Je plaisante. Alors, ce serait bien que les experts en économie et les financiers de tous poils répondent à la dernière question. Quant à moi, à temps perdu, je vais me plonger dans les chiffres ... pour changer !

Francoise Fondadouze

Gérante Rainbow Finance

blog : http://rachatcredit.blog.capital.fr

Intervenant polemic_victor - le 16-07-2011 à 12-48

Cette idée me semble totalement irréaliste.

Elle ne tiens pas compte d'un petite détail qui change tout : la mondialisation des échanges.

Si une taxe, même minime, est décidée sur les échanges bancaires, elle assechera automatiquement lesdits échanges de nature spéculatifs.

Les spéculateurs (qui sont souvent les banquiers eux-même) iront gagner leur argent sous d'autres cieux et on pourra fermer la bourse de Paris

Il ne restera que la part du pauvre....c'est à dire les échanges économiques.

Compte tenu de la part des échanges économiques sur le total des flux bancaires, il faudra monter le taux de cette taxe pour maintenir son volume et conserver l'équation qui permet de la substiturer à la TIPP, L'IRPP, la TVA et je ne sais plus quel impôt...

A combien ?

20 % des échanges ? 30 % des échanges...

Quel que soit le taux, on voit déjà qui va payer.... ceux qui ne spéculent pas, donc les travailleurs

Intervenant Trazibule - le 16-07-2011 à 13-28

Je n’oublie surtout pas la mondialisation, mais pourquoi ces échanges spéculatifs se réduiraient ? Une économie florissante attire toujours ces rapaces, qui je crois ne favorisent pas l’économie pourtant, et je ne souhaite guère leur présence, mais j’ai  d’autres propositions sur ce site.(voir ceci.

Imaginez l’impact économique sur le pays qui institue cela: Plus de perte de temps et d’énergie dans une fiscalité complexe et injuste, le prix des articles diminuent de la TVA, et augmentent de cette taxe dix fois plus faible, le travail sans charges sociales reprend sa vigueur, donc moins de chômage et moins de travail non déclaré, moins d’aides sociales, moins de délinquance.

Pourquoi un spéculateur fuirait un pays dont l’économie est dynamique ? De toute façon d’une façon ou de l’autre il paye toujours un peu de taxes.

Et au pire, en supposant même que vos vues pessimistes soient justes, vous parlez de 20% 30% de taxes sur les échanges ? A combien sont la TIPP, la TVA, les charges sociales actuellement ?

Maintenant soit vous jugez la situation actuelle florissante, alors ne tentons rien, soit vous jugez qu’il est urgent d’agir, alors que proposez-vous ?

Intervenant JCLM - le 23-07-2011 à 11-51

Très intéressante contribution.

Intervenant Cristplat - le 05-08-2011 à 12-22

Toute action entaîne une réaction, cette démarche va immédiatement transformer les mode de paiement journalier en paiement mensuels ou annueldivsant les flux par 365 au minimum ce qui ruine le dispositif sans parlers des transferts de localisation et les compensation possibles. En outre le principe de base d'une équité des echanges implique que la responsabilité induit un coût n'existe plus. Les principes actuels de transfert de charge du privé à l'état qui à permis de protéger le système financiers ne s(applique pas uniquement à cet aspect des choses et concerne la responsabilité individuelle des bien collectifs. Ce principe n'est pas respecté pour les limitations de vitesse un dépassement de 1 km/h coûte aussi cher  à celui qui n'a eu aucun accident qu'a celui- qui en a toute les mois.

Les pauvre ne sont pas toujours irresponsable de leur pauvretés si nombre de riches bénéficient d'une exemption totale ou partielle de la règle énoncée ci dessus de transfert de charges à la collectivité

Intervenant Trazibule - le 06-08-2011 à 01-41

Je vous invite à réfléchir un peu plus cette proposition,  quel intérêt de payer de  façon journalière ou annuelle  ? La taxe sur l’écriture bancaire sera identique s’il est versé 100 fois 10 euros ou 1 fois 1000 euros ! Par contre la compensation serait rentable oui, de 0.2% du montant compensé ; mais pourquoi voudriez vous qu’elle soit plus utilisée que la compensation actuelle qui rapporte 19.6% de TVA !

Pourquoi voudriez-vous aussi que les riches soient exemptés ? Quand une écriture bancaire est réalisée entre deux comptes, la Teb qui prélève 0.2% n’a pas  à priori à tenir compte de l’identité ou de la richesse du propriétaire du compte.

Le pauvre qui touche son salaire et le dépense se verra taxé de 0.2% sur l’écriture de son salaire et de 0.2% sur les écritures de ses achats et factures. Soit 0.4% (comparez avec les 19.6% de TVA plus Tipp !) Le riche en plus de cela fait travailler son argent d’un compte à l’autre, placements, investissements, etc.… il aura donc plusieurs fois ces 0.2% à payer en plus sur de gros montants.

Oui il peut délocaliser pour sa spéculation et ne payer qu’une seule fois ces 0.2%, mais au fait aujourd’hui ne le fait-il pas déjà pour ses placements ? De plus quand il récupérera son argent pour le dépenser il repayera ces 0.2% à l’entrée dans son pays, plus 0.2% au moment de ses achats.   Oui il peut acheter à l’étranger, mais ce n’est plus 0.2% qu’il dépensera mais la tva du pays en question !

Quand une proposition change nos habitudes, il ne faut pas raisonner avec ces mêmes habitudes qui n’ont plus de sens.

Intervenant association arcrachatcredits.org - le 17-08-2011 à 09-07

il y a des dépots de brevets pour moins que cela

et l'on entend qu'une TAF pourrait voir le jour (Taxe sur l'activité finaciére) cela a un gout de "canada dry" ou de TEB non!!

Intervenant Luc - le 26-08-2011 à 17-07

Bonjour à toutes et à tous.

Merci pour votre travail et votre engagement en faveur d'une meilleure répartition des richesses produites par tous. Votre solution semble très intéressante. Peut-être pourriez-vous la confronter aux analyses des économistes d'ATTAC ? Ils et elles ont aussi travaillé depuis longtemps sur cette problématique... Les débats contradictoires n'ont jamais fait de mal à personne. Tels que je les imagine et que je vous imagine (en espérant ne pas me tromper sur leur compte et sur le vôtre) ce débat pourrait bien déboucher sur une coopération, à moins que cela ne produise au final un désaccord total : peu importe, car cela ferait également avancer les débats ! Si nous pouvons comprendre où sont les points de divergence, nous pourrons aussi probablement mieux définir notre propre position.

Bravo à vous et bon courage.

Intervenant Trazibule - le 27-08-2011 à 17-15

Je ne demanderais pas mieux que de faire un vrai débat public avec ATTAC sur ce thème, sauf que j’ignore qui je peux contacter à ATTAC et j’ignore encore plus s’ils vont me répondre. Accord ou non, vous avez raison cela fera certainement au moins progresser les argumentaires de chacun et la compréhension de tous.

Si vous avez la possibilité de m'indiquer qui contacter je vous en remercie.

Intervenant Anonyme - le 13-09-2011 à 15-24

Petite question : si c'était aussi simple, pourquoi ne le met-on pas en œuvre ? Les effets d'une telle taxe (notamment le fait de pouvoir supprimer les autres : TIPP, TVA, IR...) sont ceux d'une corne d'abondance, l'anti-Pandore par excellence. Mais en pratique, peut-on vraiment l'appliquer ? Il y a tellement d'écritures...

Intervenant Trazibule - le 13-09-2011 à 15-37

C’est très facile techniquement à mettre en œuvre, puisque toutes les écritures bancaires sont déjà informatisées, une petite modification du logiciel suffit. Reste que les gouvernants ont probablement d’autres motivations que le bien-être de l’économie de leur peuple, surtout quand ce bien être pourrait se traduire par une moindre importance de leur rôle.
Réfléchissez plus ca va mal, plus le pouvoir trouve sa justification d’être !

Intervenant patrick - le 21-11-2011 à 15-34

Pas mal comme idée, sauf pour la TIPP qui à mon avis devrait doubler, son objectif n'étant pas fiscal mais écologique : le coût du transport n'est pas encore assez cher en France globalement !

Intervenant plugore - le 26-02-2014 à 23-50

Re.

Je ne suis pas assez informé pour donner un avis technique, par contre je serai très intéressé de connaitre tes moyens de réflexions, vos courants d'idées se font ils lors de réunions, discussions?

Avez vous essayé de faire connaitre à un banquier, un comptable cette proposition et d'ou donc émane t'elle et depuis quand en etes vous colporteur?

J'ai coché diverses opinions pour faire savoir ce que je penserai de ce texte si j'étais l'une ou l'autre des personnes de notre pays, suivant le positionnement économique et social.

Merci, cette fois je laisse mon E-mail

Intervenant Greg - le 10-02-2015 à 22-48

Cette idée est juste GENIALE !! Pour infos j'ai trouvé des chiffres plus actuels sur le montant total des transactions.. Leur montant total est d'environ 27.000 milliards d'euros par an en moyenne (chiffres officiels de la Banque de France, pour 2012)

Je vous mets le lien

www.fbf.fr/Web/Internet2010/Content.nsf/DocumentsByIDWeb/87BCNH/

Ce qui porterait le taux de cette taxe plutôt autour de 1,5 à 2%

Intervenant Trazibule - le 11-02-2015 à 10-44

Cette idée de TEB m’est venue tout simplement en comparant les chiffres des transactions bancaires et les besoins de l’état, car pour comprendre les grands chiffres il faut les comparer à des éléments plus représentatifs.

Merci pour ce chiffre très intéressant des moyens de paiement :

Le chiffre cité de 26 500 milliards  ne correspond qu’aux moyens de paiement, je ne pense pas qu’il inclue tous les transferts de compte à compte notamment pour tous les mouvements  boursiers internes  ou les services bancaires, assurances vies, placements.
Mais même avec ce chiffre  les besoins de l’état,  soit 450 milliards en 2013, sont couverts par une taxe de 1.7 % autrement moins douloureuse qu’un TVA ou une TIPP.
Et avec cette solution même  les échanges illégaux payent  leur part.

Ce serait idéal pour la Grèce actuelle, mais comment les contacter ?

Intervenant Greg - le 11-02-2015 à 22-34

Avez-vous contacté des partis politiques ou des organisations syndicales par exemple ?

Pour ma part j'ai parlé de cette idée sur des forums, j'ai envoyé le lien à quelques partis politiques, au MEDEF, à la CGPME, et j'ai même posté des commentaires à ce sujet sur des blogs ou des revus économiques ; L'Expansion, La tribune, Contrepoingt, le blog du journaliste économique Jean-Marc Sylvestre, et même l'insitut montaigne. J'ai également essayé de contacter ATTAC ..

Tout ça pour ..... Aucune réponse !

Comment cela se fait ? Vous avez une idée ? Votre proposition dérange peut-être ?

Sinon sur la mesure elle-même j'ai aussi une question : ce seraient donc les organismes financiers (banques) qui collecteraient les sommes perçues au titre de cette taxe (selon la théorie de R.Montgranier notamment).

Or, ne pensez-vous pas que cette "mission" ne serait pas une charge en plus pour les banques, et qui empêcherait donc d'appliquer le dispositif ?

Intervenant Trazibule - le 15-02-2015 à 20-21

J’ai moi aussi transmis cette proposition un peu partout en vain et je continue toujours.

Ce silence des autorités est du je pense à un manque total d’imagination de personnes qui ont vu toute leur notoriété et leur pouvoir dus à un fonctionnement économique dont elle redoute que tout changement se traduise par un affaiblissement de ces privilèges.
A propos du blocage de l'évolution politique.

J’ai aussi réfléchi que le pouvoir se construit sur l’existence des problèmes, et la résolution efficace de ces problèmes diminuerait de fait la portée de ces pouvoirs.

Quant à la complexité technique de mise en place, elle reste d’une simplicité désarmante face à la complexité actuelle de la TVA (qui d’ailleurs disparaitrait), la plus grande complexité encore de la moindre fiche de paye, et l’affolante complexité des produits financiers que les banques gèrent. Alors cet argument n’a aucune raison d’être évoqué.

Ajouter un commentaire.