NOUVEAU !
1 visiteur en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/elections.jpg
 

RESUME: Quand l’abstention grandit cela signifie qu’une démocratie ne fonctionne plus,
la faute ne vient pas d’un désintérêt des électeurs mais de politiciens qui les
déçoivent quand ils ne les représentent plus vraiment.

Quand la participation républicaine décline...



Abstentions

L'abstention, démontre .plusieurs échecs:

  • l'échec de nos politiques à représenter le peuple, puisque l'électeur de trouve aucun d'entre eux digne d'intérêt

  • L'échec du processus de vote puisque les électeurs n'ont aucun espoir de faire changer les choses par leur vote.

  • La trahison des politiques, puisque quel que soit le résultat du vote, ils n'en tiennent absolument pas compte et n'ont font qu'à leur idée.

  • La subordination des medias, qui inféodés aux exigences commerciales, ne permettent plus une véritable expression populaire.

  • Une soumission à l'idée que tout est déjà programmé, puisque les sondages (réalisés pour ceux qui les payent et par de grandes institutions économiques) annoncent des résultats avant même les votes, conditionnant les choix stratégiques des électeurs. Cette situation désespérante et bloquée, interdit toute évolution importante, le bipartisme et les combines d'alcôves d'une classe régnante de politiques, journalistes et dirigeants d'entreprises figent une idée monologique d'une démocratie qui n'en garde que le nom.

Puisque le changement ne peut plus s'exprimer par les votes, il restera bientôt plus que la révolte populaire pour briser ce carcan, avec malheureusement tous les dégâts collatéraux, dont l'état de notre environnement devrait bien se passer.

A ma façon je cherche à lutter contre ces abstentions, car j'espère encore que les citoyens réfléchissent au delà des modèles imposés et exprime enfin de nouvelles donnes !

Voici trois tracts, téléchargeables en PDF en cliquant dessus, destinés à lutter contre l'abstention.

Si vous souhaitez les modifier, merci de l'envoyer vos suggestions de modifications, pour améliorer ces tracts !

images/abstention-1.jpg
 
images/abstention-2.jpg
 
images/abstention-3.jpg
 
images/abstention-4.jpg
 

Page écrite le 28-02-2014


               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 08:02
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

1

0

0

0

1

0

1

2
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Intervenant avionnette - le 09-04-2014 à 00-27

Bonjour,

Que dit votre article ?

Que le premier parti de France, celui des abstentionnistes, change de politique et s'intéresse de nouveau aux affaires publiques. On se demande bien quel espèce de changement cela procurerait dans le fonctionnement des institutions puisqu 1 % de votants ou 100 % donneront le même résultat en quantité et qualité d'élus. d'aucuns diront que la légitimité des élus issus d'une forte participation serait plus grande, mais un c'est un argument fallacieux car la représentation telle qu'organisée actuellement, élus autonomes qui savent ce qui est pour le peuple est elle-même illégitime.

votre appel à la participation est un appel au conformisme et à la soumission, à la poursuite de la dépossession du pouvoir des électeurs par les élus. Appelez d'abord à la démocratie, qui n'a rien à voir avec la pratique élective ,mais bien plutôt avec le gouvernement réel du peuple, une démocratie véritable construite autour de procédures associant le peuple à la décision.

En attendant, c'est plutôt à l'abstention générale qu'il faut appeler, que tous les bien-dressés au vote cessent de participer à cette mascarade institutionnelle nommée par usurpation démocratie, pour rejoindre les plus clairvoyants d'entre nous, ces abstentionnistes concentrés dans les classes sociales les plus defavorisées et qui vivent quotidiennement ce que peut représenter la valeur du vote électif dans notre organisation politique présente.

pour aller plus loin dans la reflexion objectifdemocratie.org/pages/agir.html qui renvoie également sur trois tribunes.

Intervenant jean f - le 09-04-2014 à 10-25

Pour une taxe pour ceux qui ne viennent pas voter et qui ralent contre les politiques pourrait rapporter beaucoup d'argent.

Intervenant Trazibule - le 15-04-2014 à 00-51

Curieux que mon article vous apparaisse comme un appel à la soumission ?
Ce site devrait plutôt laisser penser le contraire non ?
J’écris pourtant « Ce n’est pas parce qu’on a donné sa voix qu’on doit se taire ».
Pour moi le vote n’est pas la conclusion d’un choix face au triste choix politique proposé mais le tout premier geste vers l’action politique.
Si je ne dis rien par l’abstention, j’abandonne le choix aux autres, je m’y soumets et je n’ai plus le droit de m’en plaindre.
Par mon vote j’ai gagné le droit d’exiger, de protester, de critiquer, de me scandaliser du mépris de ma voix…
N’est ce pas logique ?

Intervenant init6a - le 18-04-2014 à 13-08

Contradictoire:
l'article démontre fort bien l'inutilité du vote, dans l'état actuel, à cause de toutes les perversions.
Puis il conclut par l'appel à voter : c'est-à-dire l'incitation à faire une chose inutile et absurde.

Intervenant init6a - le 18-04-2014 à 13-32

J'ajoute à mon message précédent :
vous écrivez avec raison
"Puisque le changement ne peut plus s'exprimer par les votes, il restera bientôt plus que la révolte populaire pour briser ce carcan".
Cette révolte entraînera des dégâts pas seulement collatéraux, c'est sûr.

Alors, une attitude politique réfléchie et sensée sera

1° de s'enquérir du prix des armes et des moyens raisonnables de s'en procurer,
2° de s'entraîner à leur maniement, ça s'appelle ordinairement le service militaire ; demandez-vous accessoirement pourquoi on en a privé le peuple,
3°de savoir qui contrôle internet et que faire si le système est mis hors service,
4° de s'assurer du degré de loyauté républicaine des corps armés : l'armée, la gendarmerie, la police. Utile pour savoir qui le peuple aura en face ; ou avec

Bonne journée.

Intervenant Trazibule - le 18-04-2014 à 18-37

Bonjour, merci pour vos remarques.
Oui le vote est devenu inutile, surtout quand des électeurs se laissent berner par les discours et les publicités. Cette docilité aux publicités mériterait d’être analysée. Après tout les citoyens devraient être assez adultes pour décider eux-mêmes en s’informant sans se laisser influencer par de belles tournures !
Les techniques psychologiques de persuasion ont été poussées à l’extrême avec les fonds des grandes entreprises commerciales qui ont financé tous les travaux nécessaires.
Inversement ont disparues les techniques d’instruction publique (construire) pouvant transmettre l’esprit d’analyse. Elles ont été remplacées par une éducation (conduire) tournée vers les chiffres, l’acceptation des faits, une docilité aux théories économiques ambiantes.
Alors nous avons ce choix aujourd’hui :

Soit accepter l’illusion de changer les choses en décidant de voter sur les listes qui veulent vraiment changer, reprendre notre liberté de penser vis à vis des médias, des sondages  et de leur stratégie imposée de « vote utile ».

Soit comme vous le proposer, le recours aux armes.
Seulement  si nous allons vers cette option, il faut bien se rendre compte, que nous n’avons ni les armes,  ni l’information,  ni les techniques, ni les lois, ni l’organisation, ni les pouvoirs, même notre langage est surveillé et déformé. La récupération des dernières révoltes démocratiques par les pires extrémistes ne me laisse guère d’espoir. La planète terre a besoin de sagesse pas de guerre civiles.

Alors face à ces deux impasses je cherche une autre voie dans l’imagination :
Dire à ceux qui ne savent plus comment faire, qu’au moins leur vote a une petite chance de réussir, car même si ce vote est nié par les autorités, cela réduit la légitimité du pouvoir et  ceux qui leurs obéissent  peuvent se mettre à douter et par l’inertie ou la désobéissance, libérer un peu plus l’expression démocratique.
J’espère aussi (suis-je naïf !) que même ceux qui détiennent le pouvoir peuvent finir par se rendre compte que leurs actes sont négatifs et qu’ils risquent de se perdre eux-mêmes. Ils risquent aussi de se détruire les uns les autres. Je voudrais leur faire comprendre que ce n’est pas parce qu’ils se dorent sur la passerelle du Titanic qu’ils risquent moins que les autres de périr noyés. Ce n’est pas non plus parce qu’ils pilotent le bateau qu’il a moins de chance de couler.

Nos sociétés ne changeront que si  ceux qui la composent se changent eux-mêmes, et personne ne le fera pour eux, alors toutes les pistes sont bonnes pour les faires réfléchir, personne ne détient la solution, essayons les toutes, de ces contradictions naitront les réflexions qui nous permettrons enfin de grandir (j’espère).

Intervenant Bal - le 19-04-2014 à 11-40

Il y a des pays démocratique où le vote est obligatoire (Belgique); ça ne met pas en danger leur démocratie. Cependant, le vote blanc doit être comptabilisé : il signifie que les choix proposés ne conviennent pas. S'il y a majorité de votes blancs, il faut proposer d'autres choix.

Par ailleurs, des dirigeants élus avec moins de 50% de suffrages exprimés ne sont pas légitimes. En conséquence, les décisions qu'ils prennent n'ont pas forcément à être respectées.

Enfin, les modes de scrutin à deux tours ne reflètent pas les désirs des électeurs; c'est le fameux paradoxe de Condorcet (et de bien d'autres). Il faut revoir les modes de scrutins démocratiques pour mieux cerner la volonté du peuple : par exemple le mode par note (sur vingt) à distribuer sur chaque candidat ou chaque proposition.

Qu'en pensez-vous?

Ajouter un commentaire.