NOUVEAU !
1 visiteur en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/fleurs.jpg
 

RESUME: Face à la déliquescence du capitalisme financier, beaucoup sont à la recherche
de solutions, mais chacun est persuadé de détenir la bonne réponse, alors
comment réussir à sortir de ce problème de communication entre nous ?

Brouillons pour un projet de constitution



Problème de communication :



Comment expliquer une proposition de réorganisation sociale politique et économique sans tomber dans le piège de l’utopie incompréhensible. Chaque détail de ce projet est comme une pièce de puzzle qui ne prend son sens que dans la réalisation du puzzle complet. Sortie de son contexte chaque élément parait anachronique dans l’interprétation actuelle de nos sociétés,

Aujourd’hui, il s’avère impossible de résoudre le moindre problème sur n’importe laquelle de nos difficultés actuelles sans tenir compte des répercutions que cette solution peut avoir sur les autres problèmes en cours. Et l’éventail des problèmes constatés est très vaste.

Je suis convaincu qu’aucune des solutions proposées qui voudrait préserver les fondamentaux de la situation actuelle ne pourra aboutir tant que ces attendus restent inchangés.

C’est donc bien par une réforme globale et fondamentale qu’il faut passer et aucune proposition de peut prendre alors tout son sens sans se référer à ce nouveau paradigme.

Evidement vu l’ampleur et la prétention de ce travail, il manque un énorme travail de recherche et de simulation pour chaque aspect proposé.

Je vous demanderais votre indulgence et de ne critiquer chaque page que lorsque vous aurez survolé l’ensemble de ce projet social pour en comprendre sa tentative de cohérence.

Un début ?


Depuis que sont proposées des idées, parfois nouvelles, souvent resurgies d’autrefois,

  • Malgré des critiques souvent justifiées,

  • Vu l’urgence de la situation économique sociale politique actuelle,

  • Vu les catastrophiques écologiques de grande ampleur annoncées depuis longtemps, qui se réalisent actuellement dans une relative indifférence,

  • Vu les tentations des dirigeants de s'approprier toutes les procédures de décisions sous le prétexte de cette urgence, avec le but avoué de préserver à tout prix ce système générateur de catastrophes.

  • Vu la volonté des dirigeants de garder leurs prérogatives au mépris de toute solidarité et d'humanité.

  • Vu la priorité maladive donné à l'argent au dépend de toutes les autres valeurs.

Il s’avère indispensable de rassembler dès aujourd’hui les initiatives individuelles, sous l’égide d’aucun parti, d’aucun nom ou dénomination.

Pourtant chacun souhaite plus ou moins consciemment rassembler ces initiatives autour de son propre projet. Beaucoup produisent des critiques, nombreuses aussi sont les propositions, mais il est plus valorisant et paradoxalement plus facile d’écrire ce que l’on espère, que de lire et de chercher à comprendre ce que pensent les autres. Je suis comme vous j’ai ce même défaut. Je comprends pourquoi ma proposition « constitutionnelle » génère si peu de réponses. Inondés d’informations nos esprits peinent à s’y retrouver et se réfugient vite chacun dans ses petites certitudes individuelles. Nous n’en sortirons pas.

La moins mauvaise des méthodes pour dépasser cette paresse chronique est, à mon avis, de se rencontrer concrètement:

  • Rassembler des personnes de tous les horizons politiques, souhaitant plus tisser des liens que qu'alimenter des combats.
  • Une volonté de modestie de chacun concernant ses propres idées.
  • Avec un projet précis, par exemple réfléchir sur la démocratie et proposer des règles de fonctionnement pour celle-ci.
  • Se choisir une méthode de dialogue acceptée par tous les présents, par exemple une façon de prendre la parole,
  • Se choisir un outil de mise en forme des débats pour tenter de rédiger un texte consensuel

Si vous êtes partants pour cette rencontre dites-le ! Même si vous pensez ne rien avoir à apporter, votre seule présence sera une stimulation..

Une approche de cette construction d'une méthode de travail en commun est décrite sur le site www.constitutante.fr dans ces pages titrées " Démocratie mode d'emploi ".

Page écrite le 10-01-2007

               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
01-01-2016 à 02:20
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

0

0

1

0

4

1
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

IIntervenant Régis Pineau - le 06-09-2009 à 09-59

Bonjour,

Je constate qu"il n"y a pas beaucoup de réaction à ces articles ci-dessus... et pourtant il y a à dire pour continuer à construire.

Votre positionnement est intéressant, même si je n"ai pas encore lu tous vos écrits (j"ai été informé au travers du site viadeo.com de votre article sur la TAC), je pense qu"une collaboration et un débat d"idées sur la préparation d"un nouveau mode de vie dans cette société est important.

Je suis par ailleurs conscient de nos limites personnelles et des répétitions de nos comportements individuels que j'appelle l'expression de la "territorialité personnelle", que vous définissez par "certitudes individuelles".

Bref, votre démarche m"interpelle, et comme je suis par ailleurs au chômage j"ai du temps devant moi pour participer à votre démarche.

Bon dimanche.

A bientôt,

Régis Pineau

Intervenant MoZYGuS - le 27-04-2010 à 21-34

ce serait avec grand plaisir.

mais aujourd'hui internet nous libère de la distance, car je supose que nous ne venons pas tous de la même région et donc une rencontre physique me semble une option très peu disponible !

par contre virtuellement... c'est a envisager. au moins pour commencer.

l'avantage d'un tchat en salon privé, permettrait entre autre d'économisé du temps puisque toute la conversation peut être recopié et retranscrite rapidement via un simple copié-collé... pas besoin d'avoir fait d'étude de sténo !

Ainsi un compte rendu serait réalisable et intéressant pour tous, et peut-être motivant pour ceux qui hésiterait à nous rejoindre.

Cela permettrait en plus de multiplier les rendez-vous pour augmenter les plages horaires disponibles. et organiser tout aussi facilement des thématiques régulières : du genre 1 à 2 fois par semaine pour la constitution et 1 à 2 fois par semaine un thème libre, laissé au choix d'un des participants ou de l'actualité...

Pourquoi pas.

Mais delà découle une organisation, un rassemblement et donc un groupe identifiable... même apolitique!

Intervenant Horst, Potsdam, Editeur du site "Indignezvous.de" - le 02-04-2011 à 18-06

J'accepte cette thèse de jeter des nouveaux jalons pour construire une nouvelle société - aulieu de conserver le malade en pui mettant des pancements sur les blessures.

Mais cette thèse n'a rien a faire avec le sujet de cet article "Problème de communication".

La réponse est correcte quand ont prend le départ de l'existance des "problèmes de communications".

Sans évoquer ces problèmes, trazibule repond
"La moins mauvaise des méthodes pour dépasser cette paresse chronique est, à mon avis, de se rencontrer concrètement: etc."

Pour moi le vraie problème de communication au moment d'un débat publique sur tous ces sujets mentionnés par l'auteur est son anonymité derriere "Trazibule". Comment pourrais je me rencontrer avec lui sans savoir qui s'est qui me parle et avec qui je pourrais éventuellement me rencontrer ?

Non mon cher tu auras toujours ce "probléme de communication" qui cache pour l'un une peur devant eventuellemnt une personne du pouvoir ou de l'inquiètude de être eventuellement victime d'une geste malhoinnete de la banque ou de quelqu'un. Pourrait on avoir confiance à quelqu'un qui lui meme n'ose pas de dire "Moi je suis Alain le génie qui vous guidera au paradis!"

Intervenant Trazibule - le 02-04-2011 à 19-22

Comme je l’ai répété, je ne cherche pas à être connu, je vois trop les dégâts que peuvent causer l’ego quand il est mis en avant. Ce que je veux faire connaitre ce sont des idées pas des bonhommes, et je ne me suis jamais caché, la preuve c’est que vous dites mon nom ! Je suis étonné de l’image que vous semblez vous faire de Trazibule : « un génie proporsant le paradis » si c’était le cas je me mettrais en avant et utiliserais mon propre nom ou un pseudo ayant des consonances un peu plus sérieuse.

Oui c'est vrai la peur existe, je ne sous estime pas les adversaires, je ne suis pas de ces militants gavés de certitudes capable d'aller se faire tuer pour des idées, à la rigueur si cela pouvait faire cesser une injustice. Je n'ai que la prétention de proposer des idées.

Intervenant tarahumara68 - le 27-12-2015 à 17-12

Cher Alain, j aime bien la volonté qui anime ce debut... tres positive, porteuse d espoir...

Je ressens ce probleme de communication comme ce qui est en fait fondamental dans le processus d aller vers un "autre monde", un nouveau monde où nous pourrons vivre heureux..

La manière dont tu le poses m'amène à une tentative pour changer mon rapport à deux pratiques que je cultive, la poesie et la philosophie, ce qui me fait te demander: dans ce "nouveau monde" que tu projettes, quelle place donner à ces deux formes de pensée, et aussi aux arts?

Nicolas

mon blog: tarahumara68.over-blog.com/

Intervenant Trazibule - le 28-12-2015 à 10-33

Pour moi la poésie, la philosophie, les arts sont le but même de la civilisation. Il ne s’agit pas de leur laisser une place mais de prendre conscience que toutes les activités humaines n’ont pour but de résoudre tous les problèmes matériels que pour enfin pouvoir donner doute sa liberté à l’expression de l’imagination sous toutes ses formes.
Quand on a demandé à Winston Churchill de couper dans le budget des arts pour l'effort de guerre, il a répondu : "Alors pourquoi nous battons-nous ?".
Vous trouverez dans cette proposition de séparation des pouvoirs, l’indépendance que je propose pour le domaine du logos (productions artistiques, recherche scientifique, médias et instruction publique).

Intervenant tarahumara68 - le 31-12-2015 à 13-21

un petit poeme que j ai ecris...

HELLO WORLD

O peuple
De France ou d'ailleurs
Il faut te réveiller !
Tes pauvres voyants s'usent à trop siroter l'anis...
La communication qui paraît il définit notre époque
Ne doit pas être de très bonne « qualité »
Puisque le monde semble toujours aller plus mal...
On peut parfois se méfier de certaines personnes
Et en particulier des politiques et des journalistes
Qui sont plus bien formés, paraît il
L'ENA et Science Po
Sont les fiefs de cette pensée unique
Qui a plié le monde sous son joug
Ce sympathique ultralibéralisme semble pouvoir toujours gagner la bataille...
Parce que sans doute il y a un problème de communication entre nous...

Ajouter un commentaire.