NOUVEAU !
2 visiteurs en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/euro.jpg
 

RESUME: Les régions souffrent des taux de financements des établissement bancaires privés,
et dépendent trop des états, voilà une drôle de solution possible ?

Brouillons pour un projet de constitution



Comment détourner des règles financières absurdes

Vous savez que j’ai parfois des idées bizarres, mais que pensez-vous de celle-ci ?

Les familles sont soumises à la TVA qu’elles ne peuvent pas récupérer, si une famille s’organise sous forme d’une entreprise dont la production serait l’élevage de ses enfants, elle peut alors récupérer la TVA comme cela se fait déjà avec les achats immobiliers familiaux sous forme de SCI. Une généralisation de ce principe annulerait une grande part des rentrées de TVA.

Pourquoi cet exemple théorique ? Pour évoquer une application au niveau des régions. Si une région actuellement considérée comme un « objet politique » s’organisait comme une « banque », gagnant son argent sur ses clients (les électeurs) et investissant pour ses projets sous forme de prêts aux électeurs (remboursés de fait actuellement par les électeurs par les taxes régionales actuelles) la région pourrait alors emprunter à la banque centrale au même titre qu’une banque ordinaire. Exit les taux pénalisant des établissements bancaires privés auxquels elle doit actuellement se financer obligatoirement.

Les banques pourraient râler bien sûr, mais regardez la poste qui est devenue une banque ainsi que plusieurs grandes chaines de distributions style carrefour. Donc c’est possible !

Les régions n’étant plus soumises financièrement aux banques privées, assainissent leurs finances et se rendent ainsi plus indépendantes de la domination des états.

Bon c’est vite dit, peu réfléchi encore, mais je crois qu’il y a une idée à approfondir. Qu’en pensez-vous ?

Page écrite le 29-01-2012


               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 08:02
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

0

0

1

1

2

1
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Intervenant Bal - le 29-01-2012 à 12-32

A terme, le système bancaire traditionnel pourrait sauter, dans ce cas, ou du moins, se réduire considérablement.

Il faut faire le bilan de tous les services que ce dernier rend pour voir ce qu'il lui resterait ... A première vue, il semble qu'il devrait prendre la part de l'investissement demandée par l'initiative privée. Mais celle-ci se préoccupe aussi du marché public (celui des régions par exemple) pour faire ses affaires. Il se pourrait qu'il y ait une forte intrication du public et du privé. Pourquoi pas ? Le privé aurait intérêt à ce que le public marche bien et réciproquement.

Un fabriquant de sac à mains peut avoir besoin d'investir.. Il se tourne vers les banques privées car ce n'est pas un investissement qui concerne l'intérêt général, c-à-d, le secteur public. En revanche, une entreprise de travaux de maçonnerie pourrait être sollicitée par la région qui utiliserait l'argent public sous contrôle des électeurs.

L'avantage de la banque régionale, comme serait celui de la banque nationale, serait de séparer clairement les flux financiers privés et publics. La situation actuelle vient en grande partie du fait que l'état est obligé d'emprunter aux banques privées à des taux frisant l'usure.  L'article 123 du traité de Lisbonne interdit aux états d'utiliser les prêts de la banque centrale. Mais là, cher Trazibule, la banque régionale serait donc une banque à part, puisque ses fonds proviendraient de l'impôt local... Il reste à voir si, pour l'instant, une banque alimentée par l'impôt est légale ... Ce ne doit pas être le cas. Nous sommes dans un système libéral. Hollande prétend qu'il peut négocier une modification des traités. S'il va dans le sens de votre idée, il se pourrait qu'elle devienne une solution... Chouette !  Notez dès maintenant qu'une banque nationale a un avantage : pour la France, elle est garantie par 65 millions de citoyens, une banque privée, uniquement par ses clients. Avec une assiette plus large, on a un coussin plus confortable...

Je suis aussi partisant de bien séparer la gestion du bien public de celle des biens privés. De plus, je suis partisant de séparer aussi bien les flux financiers privés et publics.

Je réfléchis à votre idée, qui me semble géniale : elle sépare le grain de l'ivraie. Mais elle laisse l'initiative privée libre de prrendre les risques tous en garantissant l'intérêt général. Le compromis idéal.

Personne n'avait pensé à cela avant ?

Intervenant Trazibule - le 29-01-2012 à 13-06

Mon idée sur les régions date de ce matin, alors elle est brute de décoffrage comme on dit. Votre intervention me montre qu’elle possède des dimensions dont je n’avais pas vu la portée. Je vous en remercie, à suivre donc… !

Intervenant Bal - le 29-01-2012 à 16-21

On pourrait faire de cette idée une  sorte de jeu de rôles: on créerait une sorte de monopoly avec un système financier idéal, comportant des grandes banques régionales  financées par l'impôt et chaque joueur étant soit une banque privée soit un entrepreneur privé.
Le rôle du banquier émettant la monnaie serait celui de la grande banque centrale (comme la banque est tenue par un joueur au monopoly). Les autres banques peuvent faire le jeu des réserves fractionnaires et demander de l'argent frais à la banque centrale, à ses risques et périls, lorsqu'il est, soit une banque, soit un entrepreneur.
Il faut imaginer un parcours semé de cases d'embûches et de cases chances (réalisations industrielles et commerciales), i,nspirées de la réalité.

Ce serait un travail intéressant mais colossal. La règle du jeu pourrait être proposée aux internautes, et, une fois les règles bien établies,  le dessin du monopoly proposé comme un concours avec un ou plusieurs gagnants.
On vérifierait ainsi la validité du système par un immense jeu de rôles. 
De plus, on pourrait demander d'imaginer des cases futuristes. Pour tâcher d'imaginer le développement de cette affaire.
Je le répète, c'est un travail immense, mais avec le nombre d'internautes pouvant jouer, cela finirait par édifier un système qui se tiendrait. Et on y jouerait tout le temps.
Je délire peut être.
Commençons à réfléchir aux règles de base d'une façon concrète. Trazibule, il vous faudrait être le maître du jeu. Votre rôle consisterait à coordonner les propositions des internautes afin qu'elles soient cohérentes, avec en toile de fond votre idée de départ.
Ensuite, toujours avec l'aide des internautes, vous dessinez les cases du jeu. Il serait amusant qu'elle soient ludiques et réalistes.
Le jeu est proposé à la vente. Les internautes dont les propositions ont été retenues et vous-même toucheraient les droits d'auteur.
Ensuite, on crée un site où tout le monde peut jouer.
Au fur et à mesure du déroulement du jeu, on corrige ses défauts ou améliore encore le principe.
Puis on reboucle  le système.
Etc.
En fait, votre idée me donne le tournis.
Il faudrait se réunir quelque part, avec tous ceux qui sont intéressés, pour édifier le système. Dans une ambiance fébrile et joyeuse, ce serait peut-être hyper-excitant !  Un jeu dans l'utopie complète, à sa création comme à son exécution. Mais… créatif et pouvant déboucher sur des applications pratiques, avec de la chance…

Qu'en pensez-vous ?

Ajouter un commentaire.