NOUVEAU !
3 visiteurs en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/monnaie.jpg
 
Brouillons pour un projet de constitution



A propos des prêts bancaires.


Juste une petite supposition :

Supposons que les états trouvent un moyen et réussissent à rembourser toutes les dettes qu’ils ont contractées. Les banques, les fonds de placements, les fonds souverains, etc.… qui sont déjà très riches en capitaux récupérerons toutes leurs mises. Mais ils en feront quoi ? Car en fait leur but est bien de prêter cet argent pour pouvoir encaisser des intérêts. Alors si les états n’empruntent plus, que deviendra toute cette masse monétaire inutilisée ? Il n’existe guère de clients assez volumineux pour emprunter des milliards de dollars. Vu la concurrence des offres multiples et la rareté des clients, l’établissement qui réussira à placer un prêt sera celui qui aura fait un taux quasi nul voir négatif !

"Prêter à un taux négatif c’est ridicule, puisque le préteur perd de l’argent !"
"Ah oui ? Sauf si en le faisant il perd moins qu’en ne le prêtant pas du tout !"

Alors il leur restera le choix de les dépenser, mais un tel afflux monétaire sur les marchés générerait une inflation gigantesque. Sans pour autant relancer la consommation populaire, car ce seront toujours les mêmes qui achèteraient, ils pourraient s’approprier toutes les terres, tous les bâtiments, toutes les usines. Mais là aussi pour en faire quoi car une usine aussi efficace soit-elle a besoin de clients. L’inflation étant et l’absence de redistribution de cette monnaie les privera de cette clientèle nécessaire leurs usines leur coûteront des fortunes à entretenir pour rien. Leurs logements ne trouveraient pas de locataires. S’approprier les terres agricoles pour les mettre en affermage ne serait plus guère rentable vu l’arrêt économique engendré par les déséquilibres monétaires. Même si les gens seront toujours obligés de se nourir ce n'est pas cela qui nourrira des financiers.

S'approprier une entreprise quelle qu'elle soit, impose d'être propriétaire de sa gestion et de ses résultats, les banques sont bien placées pour savoir que ce ne serait pas une très bonne affaire pour elles.

Alors messieurs les financiers, bravo c’est merveilleux, vous avez tout pris, vous êtes les plus forts ! Mais cela vous avance à quoi en fin de compte, si à cause de cela on licencie dans le privé, on licencie dans le public, on réduit tous les investissements, on gèle les fonds au collectivités locales, bref l'économie s’arrête?

Exemple avec les sub-primes vous aviez trop prêté, ce qui vous a ennuyé finalement c’est peut-être moins le risque de ne pas récupérer vos fonds que la peur panique de n’avoir plus personne à qui prêter !

Quand un très pauvre doit de l’argent à un très riche, la morale voudrait que le prêt disparaisse: A quoi bon enrichir encore le très riche et appauvrir encore plus le très pauvre ? Surtout qu’après le très riche n’aura qu’une exigence prêter encore au pauvre pour encore plus s’enrichir !

Dans la notion de prêt à intérêt, les intérêts sont censés couvrir le service rendu et le risque de ne pas être remboursé. Mais quand le risque disparait couvert par une assurance, il ne reste plus que le service rendu. Or ce service existe-t-il ? Humainement parlant aucun, le prêteur n’agit pas il se contente de dire « oui » ou « non ». L’argent qu’il prête ne lui est d’ailleurs d’aucune utilité puisqu’il est disponible pour ce prêt. Quelle valeur de service fixer pour le fait de dire «oui ou non» pour prêter quelque chose dont on ne se sert même pas ? Le pire c’est quand en plus ces banques prêtent un argent qu’elles ne possèdent même pas ! Elles font payer le service de leur renommée et de leur monopole. Si ceci n’est pas de l’abus de pouvoir, qu’est ce qui peut bien être de l’abus de pouvoir …

Si j'étais chef d'état je crois que j'emprunterais un maximum en pariant que quasiment rien ne sera à rembourser car une inflation de grande ampleur, enlevera toute valeur à la monnaie !

Page écrite le 20-05-2010

               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 08:02
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

0

0

0

0

2

4
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Intervenant association.arcd@gmail.com - le 29-02-2012 à 13-18

il y a tant  d'éléments très justes  dans cet article que je vais simplement vous proposer une série de dessins qui explique les subprimes en soulignant le jeux de poker menteurs des structures financières et du début de la crise

http://www.arcrachatcredits.org/article/art71-les-subprimes-vulgarisation-illustree.html

Intervenant association.arcd@gmail.com - le 03-10-2012 à 12-44

Après quelques mois une relecture de ce texte réactive le sentiment que la planète finance marche encore sur la tête.

Entre l'égo des élites , les économistes donneur de leçon et sans imagination, les banquiers spéculateurs, il faut trouver une autre manière d'appréhender les dettes. (Voir les nombreuses pistes sur ce site)

  1. www.trazibule.fr/monnaie-causes.php
  2. www.trazibule.fr/taux-de-la-dette.php

Par mon métier je croise plusieurs formes de dettes des particuliers.

Les dettes long terme (achat immobilier, mobilier de base)

les dettes moyen terme court terme (voiture, etc)

les dettes très court terme (découvert et révolving)

Lorsque les mensualités de toutes ces dettes dépassent 45% et surtout lorsque les taux des crédits sont élevés (12% à 21%) et que la baisse de la mensualité est supérieure a 150 euros, nous effectuons un rachat de crédits avec des taux entre 5,65% et 9% sur des durées adaptées aux critères d'endettements.

Le rachat de crédits ou le rachat de dettes pourquoi faire? www.arcrachatcredits.org/article/art145-questions-reponses-sur-le-rachat-de-credits.html Les réponses données aux particuliers peuvent facilement s'appliquer aux États avec d'autant plus qu'il s'agit de milliards.

N'oublions pas qu'en raison des notations des agences la Grèce a "bénéficié" de taux court terme a 17% !!

Un peu de salut par la Suisse qui pour limiter la montée de sa monnaie achète de la dette française à des taux bas.

La BCE commence a racheter les dettes d'État par le fond de sauvetage, voir de prêter directement aux États, après avoir passé des mois à tourné au tour, mettant en avant que ses statuts ne le permettent pas.

L'économie sur les taux permettrait de diminuer les dépenses dues au paiement des intérêts de la dette et une partie de cette économie pourrait inverser le sens de la récession.

Les discutions avancent face aux conservateurs européens, et la BCE modifie quelque peu ses positions www.arcrachatcredits.org/news/art809-la-bce-va-surement-descendre-son-taux-directeur-pour-preter-aux-banques-en-dessous-de-1.html Mais le chemin est encore long, et les investisseurs n'ont pas encore intégré cette notion gagnant gagnant et a vouloir tuer la poule aux œufs d'or. ....on fabrique des révolutions.

Intervenant cataprao - le 05-12-2012 à 17-05

Outre l'immobilier qui a ses limites phisiques  et de rendement  les liquidités devront s'investir dans l'économie réelle des entreprises en bourse ou pas pour repartir vers une nouvelle période spéculative boursière jusqu'au prochain crac ;

Et la partie de poker menteur continuera  comme par le passé.

C'est la rançon du capitalisme :  posséder et si possible  posséder les autres .

Ajouter un commentaire.