NOUVEAU !
1630 visiteurs en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/bandeau-defaut.jpg
 
Ils appellent cela la "théorie du genre" ! Pourquoi "théorie ?"



Une "manif pour tous", qui refuse les autres...


Ah c’est bien ça ! Vous avez appris à être un homme, un dur, un fort, qui ne s’abaisse pas à pratiquer les joies du ménage… Mais pourquoi confondre égalité de salaire et égalité devant la loi, avec abolition des sexes ? Pourquoi croire que donner la liberté à d’autres risques de vous enlever votre liberté à vous ? Comment pouvez-vous croire que les comportements soient différenciés en fonction des sexes dès la naissance, sans aucune influence des clichés culturels ?

Soit nous sommes programmés de façon innée par notre sexe pour nous comporter d’une certaine façon, soit ce comportement est acquis par une éducation,

Si vous prétendez que la première proposition est juste pourquoi redouter alors la moindre efficacité d’une éducation que vous réprouvez ? Le comportement innée restera le plus fort, les différences « naturelle » selon vous, n’ont aucune chance d’être annulées, tout au plus un peu mieux comprises. Donc l’enseignement de la part culturelle de ces comportements ne permettra que de mieux se positionner dans son rôle inné.

Si par contre vous pensez que l’éduction a une influence néfaste c’est que vous reconnaissez que le comportement est issu de celle-ci, donc que le comportement sexué des hommes est bien d’ordre culturel et non naturel. Alors vous admettez de fait que le genre est acquis, pourquoi ne pas vouloir que ces inégalités puissent donc être corrigées ?

A moins que vous souhaitiez sincèrement que l’inégalité perdure, c’est vrai que celui qui est du coté gagnant de l’inégalité n’a guère envie de perdre son privilège. Quand des femmes pourtant perdantes dans cette inégalité, ont aussi la volonté de conserver leur statut soumis, elles ont alors grand besoin de la religion pour justifier leur place, le martyre accepté sur terre assurant leur entrée au ciel.

La question sous-entendue est le refus de l’homosexualité considéré par ces opposants à l’apprentissage des genres, comme une perversion. Pourtant dans les faits et parmi eux existe des comportements bien pires, ces prêtres pédophiles, que l’église a si longtemps protégé, cela serait de la vraie perversion détruisant des vies entières, mais deux hommes ou deux femmes qui s’aiment n’ont jamais fait de mal à personne. Dire que l’église se dit tolérante et refuse tant à ceux qui sont différents.

Ah oui on dit que les enfants de ces couples seraient « anormaux » ! Existe-t-il une seule étude qui le prouve ? Les enfants des familles « normales » sont-ils mieux protégés, il suffit de lire le journal pour voir que ce n’est guère le cas, même les enfants de De Villiers le démontrent ! Un enfant n’a pas besoin de modèle bien pensant mais surtout d’amour, d’honnêteté. Le meilleur moyen de faire un homme déséquilibré est de l’empêcher de vivre ce qu’il est, de lui imposer de penser des idées qu’il n’a pas réellement acquis par lui-même.

Pourquoi les religions ont peur de l’enseignement des genres ? Parce que cela donne aux enfants la capacité de comprendre que certaines valeurs ne sont pas « normale » mais inculquées par des processus culturels, ils acquièrent ainsi un esprit suffisamment critique et adulte pour ne plus se laisser manipuler par des dogmes venus d’un autre temps.

Pourtant la réussite même des religions est d’avoir su en leur temps critiquer leur époque et faire évoluer les valeurs humaines, c’est ce qui leur a assuré leur apothéose, mais elles meurent ensuite en s’arcboutant sur des idées tellement figées qu’elles deviennent des idées mortes. Toute critique de ces idées leur apparait comme un danger extrême car cela révèle leur immobilisme.

Vous qui avez la foi, comprenez que si vous avez raison, il ne faut pas l’affirmer mais le démontrer par un comportement qui accepte la critique, seule façon de pouvoir continuer de grandir et d’évoluer et de faire grandir votre propre foi. Si vous accepter une conception qui réfute toute critique, n’importe laquelle est forcément la meilleure, c’est le plus sûr chemin vers l’erreur.

Page écrite le 04-02-2014

               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 08:02
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

1

0

0

0

2

1
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Intervenant baloo - le 12-02-2014 à 09-20

Curieux : les manifestants réactionnaires qui ont tant combattu le communisme et les totalitarismes se mettent à souhaiter des lois répressives, des états policiers. Ils veulent imposer leur vue de la société alors que, de l’autre côté, on se fiche pas mal de leur vision du monde du moment qu’ils nous foutent la paix.

Intervenant spiritoo - le 12-02-2014 à 12-52

Contraitement à ce que dit baloo, nous ne sommes pas réactionnaires. Nous sommes comme vous en recherche d'un monde meilleur, la preuve étant que je suis abonné à la même newsletter qui contient par ailleurs beaucoup d'éléments intéressants.

Nous souhaitons effectivement des lois pour protéger les enfants de la folie des adultes, et nous en sommes fiers. Contrairement à ce que pense Baloo, c'est l'état qui veut imposer sa vision du monde avec la théorie du genre, nous ne faisons que défendre la nature. Les méchants totalitaires ne sont donc pas ceux que vous pensez

En effet, le débat ici, si vous permettez d'élever le niveau au plan philosophique, se trouve entre ceux qui acceptent la nature humaine telle qu'elle est (l'union homosexuelle n'est pas naturellement féconde, c'est un FAIT) et ceux qui nient cette nature humaine ou veulent la transformer (à ce sujet, je vous conseille une très bon livre pour comprendre la philosophie franc-maçonne qui soutient ce combat de transformation de l'humanité : "Le nouvel homme nouveau" par Antoine Robitaille).

J'ai la foi et ne refuse pas du tout la critique, preuve en est cette discussion ici. Mais il y a un monde entre faire une étude sur les genres dans un labo de recherche, parce qu'on est athée et qu'on veut "prouver" sa théorie. Et la mettre en pratique et en application sur des enfants, qui à ma connaissance ne sont pas des rats de laboratoire. A la limite, que les parents qui souhaitent éduquer leurs enfants avec cette théorie le fassent, mais qu'on ne l'impose pas aux notres !!!


Quant à la première reflexion, elle est un peu légère. Le comprtement n'est ni entièrement inné, ni entièrement acquis. Il en va ainsi du comportement sexuel et du sentiment d'être un homme ou une femme, comme de tous les autres sentiments. De nombreuses études sur les jumeaux chiffrent l'influence (sur le QI) de la génétique à 50% et de l'éducation à 50%. (petite parenthèse, certains homos ont soutenu que l'homosexualité avait des gênes ce qui prouvait qu'elle était naturelle. Premièrement, qu'il y ait un gêne ne signifie pas que c'est bon, la trisomie aussi est génétique et plein de maladies, donc rentrer sur ce terrain là est plutôt glissant. J'appelerai plutôt cela un "bug" de programmation de l'humain qui est normalement programmé pour être hétéro. L'existence d'un bug sur un site web, qui permet d'acheter un ordi à 10 euros, ne veut pas dire que ce bug est bon. Il en va de même pour l'homosexualité; Deuxièment, statistiquement, si être homo était majoritairement génétique, comme peu d'homos se marient avec une personne du sexe opposé de nos jours, le taux de reproduction est faible (la preuve est que le nombre d'homo est d'environ 3% alors que les enfants élevés par un couple homo c'est plutôt 1%), du coup statistiquement la population porteuse de cette génétique aurait tendance à disparaitre.. or ce n'est pas le cas, donc la part génétique est largement inférieur à 50%, CQFD)


Pour revenir à votre parenthèse sur l'homosexualité, il ne faut pas raisonner sur des convictions à priori (esprit critique, dogme etc) mais sur des faits. Or tout en dénoncant les dogmes chrétiens, vous en énoncez un, qui est qu'il ne faut pas empêcher un enfant de vivre ce qu'il est (c'est à dire son penchant homo, je traduis). Pourtant, oui, les faits sont là et ils sont têtus (ahaha jeu de mot) : il existe une méta étude qui montre que les enfants de couples homos ont eu un parcours scolaire et social bp plus difficile, plus de tentatives de suicide, de moins bon résultats scolaires... tout cela scientifiquement c'est à dire en ayant retraité toutes les autres données (social, etc.) pour rendre les populations comparables. Cette étude s'appelle l'étude REGNERUS. C'est un FAIT, allez la lire.


Enfin pour revenir au genre, votre présentation est sophiste. les choses ne sont pas 100% innées ou 100% acquises. Tout est évidemment mélangé, et nous ne souhaitons pas que la partie "culturelle" associée au sexe de chacun aille dans le sens inverse de son inné.

que dans une classe universitaire ou au lycée, on enseigne aux ados un fait scientifique qui distingue ce qui est acquis de ce qui est inné dans le sexe, pourquoi pas. Mais que l'on utilise une théorie non prouvée pour, dès la maternelle, reconstruire des enfants en leur disant qu'ils peuvent choisir librement leur sexe, NON ! Car le sexe est une réalité biologique qui (en dehors des 0.1% des enfants ayant un problème hormonal) est très claire.

Refuser cela, c'est refuser la nature, c'est considéré que le "programme" (qu'il vienne de Dieu, de l'être suprême, de l'évolution ou ce que vous voulez) est mauvais et que nous pauvres humains allons faire mieux.

C'est bien cette ambiguité qui nous pose problème, c'est à dire que sous couvert de lutter contre des stéréotypes qui sont effectivement hors d'age (la femme doit rester cloitrée à la maison, l'homme est un roi qui fait ce qu'il veut etc), on enseigne en fait à des enfants à renier leur sexe biologique. Qu'on n'ACCENTUE pas les différences, pourquoi pas (encore que ca reste à prouver que de laisser les petits garcons taper les filles sans leur apprendre qu'ils sont plus forts Parce qu'ils sont des hommes, et qu'ils doivent donc être doux avec les filles, soit bénéfique pour eux). Mais qu'on essaye de GOMMER ces différences, NON, NON et NON, et malheureusement, le rétro pédalage du govuernement montre que c'est ce que l'ed nat voulait faire

je passe sur les poncifs moyenageux de la femme chrétienne soumise, on pourrait faire tout un livre la dessus.

Juste en guise de conclusion et d'ouverture à la réflexion, pourquoi pensez vous que les milliardaires mondialistes (Rothschild Rockefeller et consorts, qui sont nos ennemis communs) soutiennent le féminisme depuis un siècle (notamment les FEMEN soutenues par Soros) ? Est ce parce qu'ils se soucient de la condition de la femme ? Que nenni.

Dans la société de consommation qu'ils veulent, il faut un être interchangeable pour aller au plus vite là où il y a besoin de production. Pour cela, il faut gommer les différences de culture (métissage culturel), gommer les sexes (théorie du genre, féminisme), gommer les distances (innovations techniques: avion, internet...), gommer les différences entre états riches et pauvres (crise de la dette chez les riches pour les appauvrir).

Il est beaucoup plus facile d'interchanger des individus destructurés, dégenrés, sans famille, sans attache nationaliste... Bonne réflexion.

Intervenant Trazibule - le 13-02-2014 à 01-51

Personnellement je n’ai jamais rencontré la « nature humaine » mais des hommes fort différents les uns les autres qui tous choisissent, subissent, vivent des comportements différents.

J‘ai rarement entendu des personnes dire  avoir « choisi » d’être ce qu’ils sont, par contre je pense que comme moi vous avez souvent entendu dire qu’ils avaient eu des difficultés à faire admette leur différence.

Accepter l’autre dans sa différence, lui permettre de vivre la vie qu’il a envie de vivre même si elle n’a pas la chance d’être dans les habitudes du plus grand nombre, voilà ce qui fait la grandeur d’une civilisation.

Autrefois on attachait dans le dos la main des enfants gauchers pour leur imposer de se servir de la même main que tout le monde. Aujourd’hui on sait les résultats psychologiques que subissent ces enfants, heureusement cette « norme » a disparu de nos enseignements.

L’homosexualité ne permet pas la reproduction, d’accord, mais l’amour n’a t-il pour but que la reproduction ? Les religions qui nous parlent d’amour ne pensent-elles qu’à la courbe démographique ? Bien évidement non, alors en quoi cela gène les autres que deux êtres qui s’aiment éprouvent le besoin de faire reconnaitre leur lien auprès de tous ? Surtout que toutes les lois ont besoin de tenir compte de ce lien pour des raisons matérielles, d’héritage de fiscalité.

La république apporte l’instruction aux enfants, contrairement à l’orientation actuelle d’une école qui ne serait qu’à but professionnel, je pense pour ma part que l’école est avant tout là pour former des citoyens  capables de vivre en paix leurs différences. Oui la famille a aussi ce rôle, mais pour se construire, avoir son libre arbitre, choisir sa vie, un seul modèle familial ne suffit pas, il faut découvrir les autres, les cultures, les religions, les pays, l’histoire, les erreurs faites autrefois et leur conséquences pour éviter de les refaire.

Apprendre aux enfants qu’on nait différents, et qu’on reçoit une culture qui parfois nous transmettent des clichés valorisant certains rôles, permet à mon avis de mieux se connaitre soi même et de s’identifier par rapport aux autres, par l’intelligence et la tolérance plutôt que par l’habitude ou le « qu’en dira-ton ».

Le fait même que la famille transmette une image différente par rapport à celle proposée par l’école est je pense un enrichissement, qui formera plus tard des citoyens conscient et tolérants. L’école ne concurrence pas la famille (concurrence, idée destructrice très à la mode) elle la complète. Pour moi il ne s’agit en rien de gommer des différences, mais de les comprendre, se rendre compte qu’être garçon ou fille est autre plus riche de dimensions que le simple aspect physique.

Comme nous l’apprend l’histoire et la géographie La notion de famille est elle aussi une donnée très variable, nul n’a pu démontrer que notre modèle serait le meilleur. Les faits aujourd’hui recomposent même ce modèle, n’en faisons donc pas une vérité dogmatique.

Il y a tant d’enfants qui ont besoin d’amour, et tant de familles qui ne savent pas le donner, que l’adoption quel que soit le couple pourvu qu’il soit construit sur l’amour, est mieux que des orphelinats donnant si peu d’affection.

(La conception médialement assistée et la gestation pour autrui sont une autre question que je n’évoque pas ici car c’est un tout autre débat.)

Que le régime économique actuel utilise ces thèmes pour rendre les hommes dociles et interchangeables, parait logique, sauf vous écrivez que leur projet est de gommer des différences, c‘est l’exact contraire de ce que j’essaie de dire : Les enseigner pour les comprendre dans toutes leurs dimensions physiques, culturelles, psychologiques, pour savoir chacun vivre pleinement sa propre différence et non la subir.

Intervenant plugore - le 26-02-2014 à 23-16

Et si nous n'étions plus nous même, si déjà nous ne pensions qu'en fonction de ce qui nous entoure et nous déprime?

Avouez que notre société n'est pas belle c'est déjà connaitre ce qui peut bien etre pensé par nous!

Depuis longtemps, je nomme cela de l'aliénation, mais qui, quel fou peut oser dire qu'il ne pense pas par lui même? Moi!

merci pour le texte, la foi est une question personnel et vous le soulignez peu, dommage.

Ajouter un commentaire.