NOUVEAU !
761 visiteurs en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/travail.jpg
 
Réflexions



Travail et marchandise...



Le discours économique actuel a tendance à tout considérer en terme de marchandise. Le travail humain le devenant lui aussi.

Ainsi de même qu’un produit peut être à la mode ou sur valorisé par sa rareté, ou inversement invendu donc bradé ou jeté au rebut, les travailleurs peuvent bénéficier suivant leur cas de salaires délirants ou être réduits aux stages ou contrats bradés, voir jeter au rebus dans le chômage ou le RMI.

Cette tendance à considérer le travail humain comme une marchandise entraîne une vision du réel faussée, car si une marchandise est négociable, transportable, vendable ou périssable, le travail humain est de l’ordre du vivant, et négocier de la vie, revient à nier qu’elle est le but de toutes nos actions et non le moyen de notre enrichissement.

D’ailleurs toute la stratégie des OGM confirme ce qui pour moi est une déviance à savoir considérer la vie comme une marchandise.

Aujourd'hui l’activité humaine est seulement un outil dans le but de générer des richesses, alors que ce devraient être le but des richesses d'être l'outil permettant l’activité humaine.

La notion de marchandise doit être réfléchie : Je propose d’opposer la marchandise à l’objet.

L’objet est conçu par des hommes dans le but d’être solide pérenne utile et beau, parfois signé par l'artisan. Il répond à un besoin ressenti par la population, il pourrait être négocié, volé, donné ou approprié sans en perdre sa valeur intrinsecte.

Par opposition la marchandise est éphémère, anonyme, non respectée, et son principal défaut serait d’être pérenne, car il faut qu’elle disparaisse pour laisser la place à une nouvelle marchandise. La beauté est alors remplacée par la mode, la solidité par l'économique (vite fabriquée), l’utilité est induite par la publicité car il faut exacerber le besoin pour augmenter le prix de la marchandise. Sa seule vocation est de changer demain, afin de générer un bénéfice. La marchandise donnée ou volée perd quasiment toute valeur. Même son appropriation lui enlève de la valeur. Pour le commerçant la marchandise ne vaut que par sa circulation.

Réfléchissez à ce travail humain devenu marchandise, soumis à ces même lois, et vous trouverez vite les effets induits que nous constatons tous les jours. L'ouvrier n'est plus respecté, contraint de circuler de métiers en métiers, d'entreprises en entreprises, de changer de région ou de pays. Il est rentable, jetable, anonyme. Son principal défaut est d'être pérenne, il encombre le marché en ne disparaissant pas lorsqu'il n'est plus utile au commerce.

Ainsi le travail au noir comme le bénévolat sont considéré comme du détournement par cette généralisation de l’idée commerçante du travail qui a besoin de canaliser dans le circuit marchand toutes les productions en refusant ave violence tout ce qui pourrait concurrencer leurs niveaux de marges.

Alors qu’un individu qui rend service ou réalise un ouvrage pour un autre avec ou sans échange de rémunération est le fondement même de la vie en société.

Ainsi pour la rémunération du travail, la notion de marchandise va induire une volonté de récompenser la compétence, considérée comme l’art de savoir-faire plus vite et plus rentable, que les autres. La notion d’objet engendrerait plutôt des notions de bel ouvrage, conscience professionnelle qui s’occupait beaucoup plus de qualité interne même si celle ci n’était pas visible, et du respect du devenir de l’objet fabriqué ainsi que de son adaptation à l’usage.

Le travail marchandise génère par exemple des théières modes avec des anses qui cassent vite, des aspects « mode » ou « rustiques » quitte à ce qu’elles versent très mal le thé dans la tasse. Alors que la conscience professionnelle veillerait à ce que l’article dure et soit pratique et s’occuperait de le faire plus beau que singer le «rustique» et il aurait la fierté de le signer.

Les critères "éphémère" et "anonyme" de la marchandise, entraînent une accélération toujours plus grande des productions au détriment de la qualité de vie, de l’écologie, des conditions de production, des besoins mêmes des utilisateurs. Alors il faut accélérer cette circulation en pratiquant les flux tendus quitte à gaspiller de l'énergie pour accélerer ce flux. La préférence à planter le pin qui pousse vite au détriment du chêne, le séchage du bois en four, au lieu d'un patient séchage naturel.

L’individu est tour à tour méprisé en marchandise quand on considère sa force de travail ou choyé en tant que client quand on considère ses besoins. La clientèle devient à son tour objet de négociation, elle est alors manipulée, échangée, partagée toujours dans le but de l’optimisation du seul profit.

Le seul et unique projet de la marchandise est le profit, donc les notions de production et d’utilisation sont accessoires, juste des luttes ou accords avec la concurrence pour garder le bénéfice. Mais la généralisation de ce type d’échange entraîne une accumulation des richesses précisément entre les mains de celui qui ne produit pas de richesse (même s’il aide à sa production) le commerçant. Tant que son rôle est de distribuer les produits fabriqués son service est réel, mais quand ses compétences s’étendent à la production elle-même (travail marchandise) et à la consommation (une clientèle marchandise objectivée et manipulée par les publicités) il outrepasse son rôle.

Comment replacer cette façon de voir le travail en tant que moyen jouant le rôle de marchandise, source de profit, vers la place qu’il n’aurait jamais du quitter : L'activité normale, essentielle expression même de la vie des hommes ?

Une des solutions est de remettre à sa place l’outil de mesure des échanges et de la richesse : La monnaie. L’argent n’est pas de la valeur mais seulement un outil de mesure de la valeur.

L’ouvrier fabrique un pain, l’échange contre un sou, achète du vin avec son sou. Le vigneron pourra alors acheter à son tour… parfait ! Mais quand le pain est mangé, le vin est bu, le sou continue à circuler et perd tout son sens de reconnaissance du travail initial fourni. Surtout quand les puissants font tout pour lui ôter toute inflation. Afin de mieux préserver leurs réserves accumulées.

La valeur reste l’activité humaine. Je rêve d’une forme de monnaie aussi éphémère que la marchandise, juste bonne à faciliter les échanges mais qui disparaisse aussi vite que les marchandises sont consommées, une forme d'inflation qui ne se traduirait pas par un changement de valeur numérique de cette monnaie, mais par le seul changement du volume de monnaie circulant. Mais je n’ai pas encore trouvé de solution viable et pratique. Surout que je souhaiterais que cette référence soit reconnue par tous par exemple étalonnée par exemple sur l'heure de travail.

Voilà... qu'en pensez-vous ?

Page écrite le 28-02-2008

               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 08:02
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

1

0

0

0

0

0

0

0
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Ajouter un commentaire.