NOUVEAU !
2 visiteurs en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/parlement.jpg
 
Brouillons pour un projet de constitution



Le rôle de l’état :



Le rôle de l’état est d’assurer la sécurité intérieure et extérieure, de protéger les institutions, de promouvoir les lois dans le respect de la constitution, via les représentants élus du peuple.

Au nom de la liberté garantir la séparation des différents pouvoirs.

Au nom de l’égalité d’assurer l’organisation dans la formation, la santé et l’administration, financière et judiciaire.

Au nom de la solidarité, il de doit de :
  • De veiller à ce que tous et surtout les plus faibles puissent participer, en droits comme en devoirs, à la société.
  • D’assurer la planification et l’organisation des voies de communications et des voies de transports d’information ou d’énergie.
  • D’assurer la gestion écologique du pays de la santé et de la qualité de la vie.
  • De gérer la comptabilité publique.
  • De prélever par l'impôt, de façon égalitaire les moyens nécessaires pour remplir ses objectifs.

Il garantit la valeur de la monnaie, ses représentations matérielles et virtuelles, et ses systèmes de circulation.

Il n’est pas chargé de la production de l’énergie seulement du transport et de sa répartition. Il s'occupe des voies de circulation mais pas de l’organisation des transports. Il ne doit pas s'occuper de l’organisation du système judiciaire, du contenu de l’information, du contenu et des méthodes d’enseignement ou de soins.
Ces institutions doivent être indépendantes, son rôle se limite à leur assigner des objectifs et de leur donner les moyens nécessaires en assurant le contrôle de leur utilisation.

Il doit par contre au nom de l’égalité définir le contenu et la validité des diplômes reconnus par l'état.

Page écrite le 03/03/2007 reprise le 27/02/2009

               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 08:02
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

4

1

2

1

1

1

2

2
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Intervenant dauphin37 - le 13-04-2013 à 22-55

dans la protection des institutions, il y a le germe du totalitarisme actuel...contrariant meme la séparation des pouvoirs. promouvoir la prévention en matière de santé par une éducation à l'alimentation saine et la réduction de la prise de médicaments, donc le développement d'une médecine alternative. Ne pas produire son énergie le rend dépendant des producteurs et ne permet pas de réguler les prix...d'où des risques de dérives. Quant aux diplomes, seules les compétences devraient être à la base de diplômes car le fait de devoir payer pour se former crée une inégalité. il me semble que vous êtes contre l'héritage et les inégalités du fait de la naissance, donc ce correctif devrait être apporté.

Intervenant Trazibule - le 14-04-2013 à 12-35

L’état ayant parmi ses rôles celui de garantir la santé des citoyens, il est tenu pour cela d’en assurer la prévention, je ne crois pas qu’il existe une « médecine alternative », ce qui existe ce sont différentes logiques économiques d’assurer les soins. Les plus visibles sont les logiques commerciales ou les logiques humanistes. L’homéopathie sait ainsi finement jouer sur les deux tableaux et se donner une image « alternative » pour atteindre une belle réussite commerciale.  La logique commerciale cherche les profits et a besoin de l’existence des maladies pour son bilan comptable. De même qu’une voiture solide sans entretien et sans panne serait la ruine de la profession  automobile bien que cela assurerait le bonheur des utilisateurs.

En voici une conséquence, en médecine, il est officiellement dit que :
En termes de chiffrage, les dépenses globales atteignent environ 12 milliards d'euros dont 10 milliards pour les soins. 780 millions d'euros ont été investis pour la recherche, 350 millions pour les dépistages et 120 millions pour la prévention dont plus de 100 millions pour la lutte contre le tabagisme et la consommation excessive d'alcool.

Lisez bien, il reste 1% seulement pour prévenir le cancer donc en trouver les causes réelles, d’ailleurs ce rapport mettra plus loin l’accent sur les comportements individuels comme principales causes, ce qui est très facile pour éluder toutes les causes industrielles chimiques ou nucléaires. C’est comme si nous disions que les suicides sont dus à des causes individuelles, en oubliant tous les facteurs sociaux et professionnels. Cela me rappelle même ces décès « du à un arrêt du cœur » !  Si pratique pour ne pas dire ce qui a provoqué cet arrêt du cœur !

L’état doit donc réorganiser fondamentalement la logique économique, pour inverser cette tendance car c’est son rôle d’assurer la santé. Donc de faire rechercher les causes de maladies et s’y attaquer, au lieu de se valoriser en de contentant d’organiser les soins. Alors seulement la logique non commerciale saura ne plus opposer différentes pratiques mais saura enfin les combiner pour atteindre des résultats. Mais cela passe par une reconstruction des principes économiques qui nous détruisent actuellement. Au passage cette obligation d’état lui impose de se soucier des problèmes de pollution, donc d’agir internationalement  dans ce sens, bref de devenir par obligation écologiste.

A propos de l’énergie, l’état ne doit pas produire l’énergie mais assurer sa circulation, pourquoi ? Parce que la production étatique de l’énergie conduit à des logiques comme EDF ou le nucléaire, où les citoyens perdent tout contrôle, la « raison d’état » devient d’autant plus déraisonnable, en créant un état dans l’état, qui s’impose à la volonté citoyenne. Par contre une production libertaire de l’énergie permet à toutes les initiatives d’explorer les multiples solutions, mais via des PME ou des citoyens dans les limites de santé exprimées plus haut via des règles contre les nuisances, l’état devient acheteur et distributeur de ces énergies diverses pour en assurer l’accès égalitaire, exactement le contraire de ce qui se passe actuellement où l’on privatise la vente pour garder une production plus qu’étatique via des grands groupes industriels donnant ses ordres à l’état, qui ira par exemple manu militari défendre les transports et les usines nucléaires.

La gratuité des études est pour moi d’une telle évidence que je suis choqué de voir des écoles privées financées par l’état, c’est vrai que cela lui donne un moyen de pression sur le contenu des programmes. Il est absurde qu’un élève en difficulté soit rejeté par le système scolaire alors que c’est précisément lui qui devrait être la plus grande priorité. Il est encore plus absurde que les parents de celui qui est difficulté doivent payer des cours supplémentaires pour réparer l’erreur pédagogique des enseignants qui ont lâché cet élève.

Evaluer un élève par des professeurs revient à faire évaluer une marchandise par son propre fabriquant, ce n’est pas logique. La qualité d’une marchandise est évaluée par ceux qui l’utilisent défense du consommateur. Je souhaiterais faire ou trouver une étude de l’adéquation des résultats scolaires par rapport à la réussite sociale. L’état doit organiser une évaluation des compétences individuelles pour aider permettre à chacun de trouver sa place. Les critères actuels sont trop orientés vers le seul salariat.

Ajouter un commentaire.