NOUVEAU !
2268 visiteurs en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/justice.jpg
 

RESUME: En réfléchissant sur l'actualité à porpos de pédophilie,
quelles punitions sont possibles ?
Quelle réparation ? Quelle justice ?

Billet d'humeur - 21 août 2007



Réaction à l'actualité à propos du pédophile :



Je me pose une question :

Etre malade est-ce une culpabilité ? Est-il vraiment responsable celui qui agit sous l'emprise d'une maladie ?

Dans la plupart des procès il est considéré avec attention si le prévenu est coupable et relève de la prison ou psychologiquement atteint et relève de l'hôpital.

Emprisonner un homme pour ses actes signifierait sa responsabilité, et en tant que responsable la prison est censée le punir pour lui apprendre à se corriger, la notion de réhabilitation est le but de la prison logiquement.

Lui imposer des soins revient à être contradictoire car c’est reconnaître une maladie donc un manque de responsabilité, l’hôpital serait plus logique pour le soigner, le but restant de le rendre à la liberté, délivré de sa déviance.

Finalement lui imposer les deux revients à imposer un double soin ou une double peine, on est en pleine contradiction.

Pratique pour certains, exemple ce militaire qui avait tué sa femme (vers Toulon je crois) le juge l'a déclaré fou il se retrouve en hôpital psychiatrique. Là le médecin l'a déclaré normal il se retrouve libre. (Je caricature bien sur).

Je pense qu’il est important de bien séparer les notions collectives des notions individuelles, la société rencontre un problème grave avec un individu, le premier but de la justice est de rassurer le peuple, il faut isoler cet individu du groupe, quelle que soit la raison. Et surtout sans se tromper et bien isoler la réalité du problème et le vrai fautif (erreurs judiciaires).

Il faut aussi montrer publiquement que le peuple sera bien protéger et faire un exemple censé faire peur à ceux tentés par l’aventure de faire les mêmes erreurs. Mais les résultats statistiques par exemple sur la peine de mort semblent prouver que « faire une exemple » manque rait d’efficacité.

Une autre fonction tout à fait individuelle est de préparer l’avenir, que faire de celui mis à l’écart sachant qu’un jour ou l’autre il faudra bien le libérer ? Soit la notion de réhabilitation est niée, il est considéré qu’un marginal ne comprendra jamais et fera toujours les mêmes erreurs dans ce cas l’élimination physique isolement à vie ou peine de mort est logique. Mais de nombreux exemples prouvent que certains changent et deviennent même parfois exemplaires, soucieux d’effacer leur culpabilité d’antan.

Il serait tentant de ne plus distinguer culpabilité et maladie, car finalement cela revient au même, le mot déviance est parfait pour cela. Hôpitaux psychiatriques ou prisons seraient les même structures de soin des déviances. L’usage de produits pharmaceutiques semble se pratiquer pas mal en prison.

Les régimes totalitaires ont très bien su faire ce mélange à leur profit, un opposant est un déviant il faut le soigner, et comme l’hôpital a une meilleure image: les soins, que la prison vue comme une répression, c’est plus facile pour se débarrasser d’eux.

Le dernier aspect de la question de la justice est la validité morale de la loi à faire respecter, et parfois c’est cette loi qui est fautive, cela s’observe en comparant ce qui est jugé légale ou illégal d’un pays à l’autre, cette subjectivité du bien et du mal changeant dans l’histoire et dans les pays prouve que la justice doit en plus se méfier de la validité des lois qu’elle applique.

Tout ceci pour montrer que ces problèmes sont très complexes car la justice a des fonctions collectives, individuelles et éthiques que ces braves juges ont bien du mal à concilier. En plus, que penser de soi-même quand on juge les autres, est-on la référence parfaite pour se permettre de comprendre et de juger la vie de l’un de ses congénères ?

Page écrite le 21-08-2007

               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 08:02
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

0

0

1

0

1

1
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Intervenant Bal - le 01-09-2011 à 08-56

Question : pourquoi, pour le même PV de stationnement interdit, je paye deux fois plus que mon voisin de droite et deux fois moins que mon voisin de gauche ?

En effet, je paye 1% de mes revenus, mon voisin de droite 0.5% des siens et mon voisin de gauche 2%. La faute commise est ressentie 2 fois plus durement pour moi que pour mon voisin de droite qui lui, peut faire deux fois la même faute avant d'en ressentir le poids autant que moi.

Ce n'est pourtant pas de ma faute si nos édiles ne savent pas faire une règle de trois. Exemple : le ministre de l'éducation nationale précédent est incapable de faire une opération de règle de trois devant les caméras de télévision. Il se prétend grammairien, puis il est pris au piège de son incompétence : il ne connaît pas le passé antérieur du verbe naître (moi non plus, mais je ne me prétend pas grammérien; ni ministre non plus : je fus né ministre, je ne me serais pas faire piéger ainsi...).

Il est vrai que pour gouverner un pays capitaliste, un niveau d'étude assez bas suffit : des acteurs de cinéma (!) ont dirigé la première puissance mondiale. Un fils à papa incapable aussi (G.W.Busch).

Pour ce qui est de la justice, nous avons donc pas mal de choses à revoir...

Intervenant Trazibule - le 01-09-2011 à 18-57

En France un politique peut se retrouver à un très haut niveau de responsabilité, sans aucun contrôle de ses compétences, sans aucun engagement de respect des institutions, sans formation pour son futur métier.

Seul son parcourt électoral est censé sélectionner ceux qui savent triompher de tous les obstacles, même aux prix d’actions illégales.

De même qu’il est exigé aujourd’hui des comptes de campagne, il devrait aussi être exigé de tous les politiques de haut niveau un minimum de formation juridique économique et sociologique validée par une publication des résultats obtenus.
Ce serait un minimum sachant que pour les employés qu’ils devront diriger les exigences sont beaucoup plus draconiennes.

Ajouter un commentaire.