NOUVEAU !
1 visiteur en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/travail.jpg
 
Une proposition économique pour les entreprises...



Réforme du plan comptable


La qualité de bon fonctionnement de l’entreprise est actuellement évaluée par la comptabilité qui se construit par un recueil et une mise en forme des données quantitatives chiffrées.

Mais qu’est ce qu’une entreprise ? On peut observer que c’est une organisation de plusieurs personnes pour optimiser les activités de production. Un entrepreneur suit un projet, rassemble des compétences, collaborateurs ou salariés, dans le but de satisfaire une demande des clients. L’entreprise utilise les services d’autres entreprises, ses fournisseurs, et se doit de respecter ses voisins, son environnement. Donc une entreprise est une organisation collective de plusieurs citoyens avec un but positif pour d’autres citoyens.

Pour quoi rappeler cette évidence ? Parce que l’évaluation de l’entreprise par sa comptabilité ne représente pas du tout cette évidence.

Que mesure la comptabilité actuellement ? Elle mesure l’équilibre des comptes de l’entreprise pour informer ses propriétaires si elle est rentable pour eux ou si elle leur fait perdre de l’argent. Le regard comptable de l’entreprise se réduit à celui de ses seuls propriétaires. En plus ce regard n’est mesuré qu’en quantité monétaire chiffrée.

Pourrait-il en être autrement ?

A qui profite l’entreprise ? A ses propriétaires, oui, mais aussi à ses ouvriers qui en vivent, à ses clients qui doivent être satisfaits de ses produits, à ses fournisseurs qui en vivent aussi, et à ses voisins qui ne doivent pas en subir de nuisances. Pourquoi ne mesurer que le profit des propriétaires ? Pourquoi fermer une entreprise sous prétexte que seuls les propriétaires y perdraient de l’argent ? Pourquoi maintenir une entreprise en vie, qui dégrade son environnement, ne satisfait pas ses clients ni ses salariés au point qu’ils font grève sous le seul argument que ses propriétaires y trouvent leur compte ?

Le capitalisme prétend que si des clients sont insatisfaits une entreprise fermera forcément, donc qu’une certaine justice spontanée fonctionnerait. Mais les techniques publicitaires peuvent imposer des mensonges jamais sanctionnés, des règles juridiques peuvent imposer une opacité, des astuces de fabrication peuvent forcer à la consommation comme l’obsolescence programmée, les ententes commerciales et les trusts peuvent imposer des ventes surpayées ou des produits sans concurrence libre par des monopoles. Donc la satisfaction des clients est insuffisante pour jouer un rôle.

Une entreprise qui fait vivre tout une région peut-être fermée par mise en difficulté puis rachat par un concurrent qui souhaite s’approprier l’exclusivité d’un marché. Quand le propriétaire de cette entreprise perd de l’argent elle est jugée non viable, alors que tous ses salariés en vivent. Comme si le revenu du propriétaire était d’un coté de la balance et les revenus des salariés de l’autre, alors que tout ces gens qui en vivent devraient être considérés sur un pied d’égalité avant de décider une fermeture. Quand une entreprise n’équilibre pas ses comptes, pourquoi toujours chercher à virer des salariés et jamais ses propriétaires ? Quand une entreprise pollue, pourquoi responsabiliser ceux qui y travaillent et jamais les actionnaires qui la possèdent et dont la recherche de profit maximal est très probablement à l’origine de ces pollutions ?

Si dans un village le boulanger perd de l’argent, la boulangerie est fermée, le village n’a plus de pain, le meunier, le commis de boulangerie, le vendeur de blé n’ont plus de travail, le village meurt.

Si une entreprise fabrique des armes, ses propriétaires peuvent devenir fort riche, elle sera admirée pour ses résultats comptables, pourtant c’est a cause de sa production que des pays se détruisent, que des enfants meurent, que des paysages sont ravagés.

C’est donc bien que la prise en compte uniquement du revenu des propriétaires d’une entreprise, est une façon d’évaluer pas du tout adapté à la réalité de l’activité économique.

Comment évaluer alors une entreprise en tenant compte de son aspect collectif ? Nous ne devons ne plus mesurer que le seul rapport vis-à-vis de ses propriétaires, mais vis-à-vis de la collectivité. Reconstruire une comptabilité non plus à partir du seul regard de ses propriétaires, mais fondée sur son aspect collectif donc son utilité sociale.

Imaginez avec un tel instrument de mesure la comparaison d’une entreprise d’armement comme Dassault et Emmaüs ? De ces deux entreprises, avec cette logique laquelle se retrouverait classée parmi les plus grandes, et cotée en Bourse, reconnue au 4/40 ?

Mais comment faire pour mesurer l’utilité sociale de l’entreprise ?

Cela revient à considérer que les salaires sont un bénéfice de l’entreprise au même titre que le bénéfice des propriétaires considéré actuel. Cela n’interdit pas la même recherche de l’équilibre des comptes c’est seulement une lecture et une présentation différente des mêmes chiffres pour regarder l’entreprise avec des idées différentes: Construisons une autre forme de plan comptable.

Quand les salariés et les clients seront autant écoutés que les actionnaires, nous aurons un regard nettement plus positif de l’entreprise, et cela lui enlèvera de sa structure dictatoriale pour l’approcher d’une structure plus démocratique. Elle sera d’autant plus performante qu’elle sera réappropriée par l’ensemble de ses participants.

Cela conduit aussi à compléter les notations comptables quantitatives par des mesures de données qualitatives. L’évolution du domaine scientifique a su passer des sciences exactes (quantitatives) aux sciences humaines (qualitatives) pourquoi les disciplines économiques ne sauraient-elles pas faire le même chemin ?

Ecoutez ce que disent les citoyens, ils n'ont pas besoin de "plus de quantité de vie", mais de "plus de qualité de vie".

Je cherche un comptable qui accepte de travailler sur ce projet.

Page écrite le 17-04-2014

               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 08:02
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

0

0

1

0

0

0
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Intervenant JCLM - le 18-04-2014 à 15-03

Tout à fait d'accord, mais quel chantier !

Ajouter un commentaire.