NOUVEAU !
1630 visiteurs en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/guerre.jpg
 

RESUME: D'oû naissent les conflits ? Pourquoi durent-ils ?
Qu'est ce qui les amplifie ?
Qu'est ce qui pourrait les réduire ?

Brouillons pour un projet de constitution



Les conflits


Chacun a des relations de voisinage avec son entourage proche. Même si des voisins des déchirent, il est rare que cela s’étende à l’ensemble de la communauté.

Même à travers les frontières les plus strictes les relations de voisinage ont réussi à se faire : Exemple, malgré le mur de Berlin des familles ou des amis ont réussi à communiquer un peu par-dessus ce mur.

De proche en proche toute l’humanité est liée par les relations de voisinage.

Mais certains trop éloignés ont des intérêts si divergents qu’ils arrivent à déchirer ce tissu social, cette déchirure devient frontière. Rien sur le plan géographique ne la justifie en général, ce sont des rapports de force qui justifient son emplacement. Les frontières de tous ordres finissent par définir des communautés. Quand chaque communauté se laisse diriger par ses extrêmes, la déchirure totale : la guerre, est proche.

Aucune guerre n’a enrichi le vaincu, rares sont celles qui ont enrichi à long terme le vainqueur, il y a toujours un troisième larron pour récupérer le bénéfice du conflit.

Pour éviter un conflit, il est nécessaire que les centres de gravités de chaque communauté, leur pouvoir, soit le moins éloignés possibles.

Mais lorsqu’un conflit existe chaque communauté se cristallise sur ses options les plus extrémistes seule logique pour être sûr de gagner et plus la guerre continue plus ces options se renforcent ne serait pour ne pas avoir pas tant souffert pour rien, alors ce sont ces forces radicalisées qui justement ont tout intérêt à maintenir le conflit actif pour garder ce pouvoir inespéré en temps de paix. Les modérés sont étiquetés comme les pires des traîtres alors que ce sont eux qui pourraient recréer la continuité des relations. (je pense à l'exemple Israël/Palestine.)

C’est ainsi que les conflits ne s’arrêtent souvent que par épuisement total des deux acteurs ou la destruction significative de l’un d’entre eux. Seulement ensuite les modérés pourront refaire entendre leur voix. Mais reconstituer la continuité de la trame des voisinages avec tous les deuils, haines et soif de vengeances engendrées nécessitent alors une très grande patience.

Une des meilleures forme de résolution de ces haines est quand une communauté peut mettre en jugement ses propres fauteurs de guerre. En désavouant et sacrifiant l’un des siens elle éteint grandement la soif de vengeance de l’ennemi.

Ces principes sont valables à tous les niveaux et je crois constater que la pluspart des problèmes sociaux naissent sur une frontière, une disparité, une discontinuité dans une région, une loi ou un règlement.

L’important est donc en premier lieu de ne pas générer de rupture dans la trame des liaisons de voisinages, qu’une continuité des relations soit sans faille. C’est une des raisons pour que toutes lois et réglementation ne génèrent aucun seuil ou rupture dans cette continuité.

C'est à partir de ce même principe, que tout contrat risquant d'oposer deux parties et donc de générer un conflit doit être dès l'origine liés au choix d'un arbitre librement accepté par les deux parties dont le rôle sera d'assurer la validité et le respect du contrat et de maintenir ensuite une relation sereine.

C'est également à partir de cette idée que je propose un système électoral en "continu" pour ne plus tomber dans ces périodes de foire électorale qui interrompent la vie sociale d'un pays et génèrent des basculement catastrophique (au sens mathématique du terme) ou le précédent laisse des pièges à ses successeurs qui de leurs cotés vont souhaiter défaire ce qui a été élaboré par leurs prédécesseurs.

Page écrite le 01-03-2007

Retour vers les "fondements moraux".

               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 08:02
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

0

0

0

0

0

0
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Interlocuteur: mozygus

Cela rejoint votre idée de non-nationalité ou l'internationalité du citoyen, si ceux ci peuvent etre partout alors comment une nation pourra alors se battre en son nom contre une autre, quasi impossible. et en renforcant les liens économiques et social par le partage, alors que de bonheur en perspective !

Sinon par rapport au continum électoral, il risque de blaser, de rendre trop commun par son habitude la politique des citoyens. mais donner des dates, ou des periodes de participation, réparties par trimestres, des rendeze vous citoyens. et ce selon des thématiques différentes, genre économie, politique interieure ou extérieure, social et militaire. donc quatre grand rendez vous par an avec un ou deux de plus pour les elections des représentants.

En fait j'ai jamais compris pourquoi si peu de référendum ont vu le jour, pourquoi on nous demande jamais rien, est-ce par pure fénéantise du citoyen, on les as élus pour décider! certains disent et d'autre, on ne connait pas assez la question ! Ce n'est pas faux mais certaines questions peuvent faire partie des soucis et responsabilités populaires. a bientot.

Interlocuteur: Trazibule

Effectivement cette continuité électoral peut avoir comme conséquence une forme de banalisation du politique poussée jusqu'au désintérêt. Mais cela est compensé par trois propositions: Le référendum d'initiative populaire, la révocation réellement possible de tout élu qui ne remplirait pas le contrat qu'il a proposé pour être élu, et la correction aux choix budgétaires gouvernementaux via l'impot sur le revenu.

Ce désintérêt est je pense beaucoup plus grand actuellement ou pendant quelques mois on a du politique jusqu'à plus soif pour ensuite après avoir donné sa voix n'avoir que le droit de se taire pendant 5 années ! Je fais l'hypothèse que ma * proposition entrainera au contraire un intérêt permanent et continu envers l'action politique. Ce ne sera plus un spectacle mais seulement une des préoccupations normales et quotidiennes des citoyens.

Le peu de référendum actuels est à mon avis du au fait que le risque de chaque "non" fasse perdre encore un peu de crédibilité à ceux qui sont au pouvoir. Leur rareté entraine aussi un surcoût important à chaque mise en oeuvre car ils sont devenus une procédure exeptionnelle au lieu d'être une pratique habituelle et bien rodée.

Intervenant mike - le 01-08-2011 à 18-37

ah ben vous etes daccord avec moi mr trazi quand javais ecrit precedemment que le referundum nest pas proposé uniquement car ca pouvait destabilisé les gens au pouvoir !

vous savez si on avait fait un referundum sur la peine de mort elle y serait encore aujourdhui !

et pareil pour un referundum sur leurope !........ah non ca deja etait fait et pourtant le non a gagné je crois !lol

vous vous cassez trop la tete mr trazi je vous jure que si jaurais du etre au pouvoir jaurais serré un peu les verrous car un chef d'état passif peureux ,changeant ,effeminé ,leger etc nest pas respecté...

Des empereur comme severe de lempire romain ou des rois comme louix 14 qui a passé 36 sur 54 a faire la guerre et meme des gens comme hitler dictateur ont etait admiré par leur peuple...apres on pourra pensé que cest de la betise mais en tout cas le peuple respecte l'autorité quand elle est craint , car si le peuple pense que le grand mechant monarque peut combattre avec virulence les ennemi de linterieur ils savent qu'il le sera aussi avec les ennemi de lexterieur et ca ca change tout mr trazi !

Si lon devait faire une course a la présidentielle je pense que les gens voterais plus pour moi que pour vous...et pourtant vous etes plus intelligent que moi...simplement moi jirais pas midi a 14h cest linstauration de la loi salique par clovis (tout se paye de la petite insulte au meurtre) supprimez ses associations anti-raciste a la gomme qui a force de proner la differance culturel fait que ca explose la france en plusieurs communautés (pour linstant on fait en petit ce que font les anglais en grand mais gaffe) ensuite on dégage de leurope (je suis au courant qu'en sortant de cette merde on souffrira pendant quelque générations mais que voulez vous tout comme vous je milite pour l'avenir !lol) et les gens sy ferais tout est une question d'habitude...parceque vous mr trazi cest trop iréealisable vos projets vous etes pas assez severe....

bon je vais pas ecrire ma these ici mais sachez juste que pour le bien dautrui parfois il faut parfois supprimez certaine liberté individuelle au nom de la liberté car a force de vouloir tout avoir on finit par ne rien avoir ! cest ma meilleur phrase...(meme si elle est un peu longue !)

Intervenant Trazibule - le 04-08-2011 à 13-24

Je suis totalement opposé à cette façon de voir.

Ne pas confondre facilité et simplification : Il est très compliqué de faire simple.

Par contre je crois que vous allez vers la facilité, faire confiance à une autorité qui vous conduit à un meilleur monde est dangereux, car sa conception d’un meilleur monde a peu de chance  de considérer que vous y avez votre place.

Car une autorité a besoin de favoriser suffisamment de gens pour pouvoir s’exercer sans trop de critiques, mais d’autres  seront rejeté et deviendront un problème, qui un jour ou l’autre finit par déséquilibre ce système instable.

Alors chacun se cherche une autorité propre susceptible de l’accepter sans son propre camp de favorisés. D’où ce découpage de la société en clans qui finissent par se combattre.

La qualité d’une société se mesure au bien être du plus faible de tous ses membres. Cela est radicalement différent de ce que fabrique la notion autoritaire.

Oui je sais certains  ont su avoir l’autorité et en même temps le souci du bien de tous, c’est très rare, surtout que par facilité il est si facile de contenter les uns en prenant aux autres. Faute de mieux, il serait possible de rechercher ce genre de personnage, à condition que tout le processus démocratique ne conduise pas à précisément éliminer ce genre de caractère tel que cela se passe actuellement !

Il est possible d’obtenir le meilleur ou le pire des hommes, imposer à un enfant ce qui est bon pour lui, est autrement moins efficace que le lui faire comprendre et qu’il le choisisse lui-même en toute liberté. C’est pour cela que j’essaie de faire comprendre que la liberté ne se prend pas face à une autorité quelconque mais qu’elle s’apprend. Notre liberté se gagne de la liberté qu’on enseigne aux autres.

Même la meilleure constitution n’a aucune chance de fonctionner si elle ne nait pas d’une constituante ou un peuple s’est construit librement sa propre loi. Sinon elle sera toujours vécue comme une règle imposée par une autorité qu’il tentera de combattre.

Celui qui décide d’une loi ne se sent jamais contraint par cette loi.

Je suis choqué de votre avis sur les associations antiracistes :

Pourquoi des citoyens donneraient de leur temps et de leur argent pour défendre le droit de vivre de gens qui sont différents d’eux ? Ne les croyez-vous pas sincères ? Pensez-vous qu’ils ne réfléchissent pas ?

Ce ne sont pas eux qui génèrent le communautarisme, au contraire toutes leurs actions créent des liens entre communautés. Leur action est précisément contre le communautarisme. C’est le rejet d’une communauté qui la pousse à se replier sur elle-même, L’absence de solidarité de la société tout entière envers elle la pousse à s’identifier vers une solidarité interne.

Je pense que vous faite un contre-sens, ce que précisément souhaite le pouvoir en place, diviser pour régner. C’est une solution de facilité, comme il n’est pas capable d’assurer du travail pour tous, il préfère contenter les siens quitte à lâcher les autres pour garder son autorité ce que j’explique plus haut. Il cache son échec économique sous le tapis de l’immigration. Il cache sa faiblesse en accusant les plus faibles de ses propres échecs.

Méfiez vous de la façon actuelle de raconter l’histoire, les hommes actuels qui se croient « grand » aiment bien qu’on fasse l’éloge de leurs prédécesseurs autoritaires, cela justifie leur autorité

Non mes idées ne sont pas un manque de sévérité, ni un délire bisounours, c’est une logique très réfléchie, et certainement pas un chemin facile.

Une preuve ? Observez seulement les pays du monde aujourd’hui, regardez quels sont les gouvernements les plus autoritaires ? Quels sont les peuples les plus heureux ? Vous comprendrez les effets d’une autorité.

Ajouter un commentaire.