NOUVEAU !
761 visiteurs en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/football.jpg
 

RESUME: 1 250 000 euros par moi pour Zlatan Ibrahimovic
soit 587 fois le salaire moyen d’un français (2130 euros nets par mois)
est ce logique ? Oui si nous regardons l'ensemble des causes qui mène à ce délire.

Arrêtons de nous laisser manipuler.



Pourquoi ces salaires de fous pour le foot ?


1 250 000 euros par moi pour Zlatan Ibrahimovic soit 587 fois le salaire moyen d’un français (2130 euros nets par mois)…

Pourquoi ?

Le foot rapporte beaucoup d’argent et la star est un moteur nécessaire.

Pourquoi ?

Les peuples aiment aller au stade, un spectacle, du suspense, libérer des émotions et de l’adrénaline.

Pourquoi ?

Parce que le travail occupe la plus grande partie de leur vie, et qu’ils ont besoin de décompresser. Plus le stade est grand plus le nombre d’entrées rapporte, mais surtout plus la publicité rapporte, car présenter une marque dans un stade c’est s’assurer une notoriété.

Pourquoi ?

Parce que les spectateurs associent le plaisir du spectacle avec le nom de la marque et plus ou moins inconsciemment, ils reconnaissent cette marque et achètent ses produits.

Pourquoi ?

Parce que dans la masse de choix de produits de vente, la logique d’achat ne peut plus être raisonnable mais devient affective, l’envie d’achat prime sur un besoin calculé.

Pourquoi ?

Parce que nous sommes en surproduction, et en croissance permanente, alors d’énormes moyens de recherches sont affectés à l’étude des comportements d’achat pour vendre toujours plus, car il est hors de question de produire moins sinon c’est l’emploi qui diminue. La publicité atteint des niveau d’efficacité subjective remarquable.

Pourquoi ?

Parce que les gens ne travaillent pas pour assumer leurs besoins réels, mais pour assumer leurs envies suscitées par des publicités très efficaces.

Pourquoi ?

Parce que les entreprises sont évaluées que par le montant des bénéfices obtenus par leurs propriétaires. Leur utilité sociale n’est jamais prises en compte, sauf si la demande peut être transformée en bénéfices.

Pourquoi ?

Parce que l’égoïsme est le fondement de l’économie, la notion de propriété individuelle enferme les comportements dans la recherche de son plaisir personnel principalement. Une solitude sociale qu’il faut compenser par l’étalage de cette propriété pour avoir le sentiment d’exister.

Pourquoi ?

Parce que la gestion politique est entre les mains de ceux qui possèdent le plus, donc ceux qui auraient le plus à perdre dans toute décision qui pourrait pousser à plus de partage.

Pourquoi ?

Parce que le choix des dirigeants se fait par une forme d’élection populaire, visant à désigner ceux qui plaisent au plus grand nombre.

Pourquoi ?

Parce que ce choix génère le plus petit nombre de mécontents, cette démocratie a choisit de dire que la quantité a raison (même si cela n’a jamais été prouvé), donc pour être élu il faut savoir plaire, pas savoir faire.

Pourquoi ?

Parce que l’électeur, isolé dans son individualisme, (accru par une forme d’éduction individuelle et sélective) va choisir celui qui peut le plus le convaincre que ce qu’il décidera sera bon pour lui-même.

Pourquoi ?

Par ce que ce choix n’est pas raisonnable mais affectif, vu la pléthore de candidats comme pour les marchandises le choix se fera à l’intuition soumise à l’inconscient plus qu’à la réflexion.

Pourquoi ?

Parce que la publicité des candidats va s’orienter vers ce qui motive ces choix affectifs, ce qui augmente la quantité de votes. Les débats eux-mêmes sont plus des jeux de séduction que des jeux d’argumentation.

Pourquoi ?

Pour plaire, et être élu, finalement c’est la meilleure publicité qui gagne, donc celui qui le plus de moyens financiers et c’est celui qui a le plus de moyens qui fera des lois qui défendront ces moyens.

Pourquoi ?

Pour ainsi aboutir à donner le maximum de fonds aux publicitaires qui font monter les bénéfices du football et ce avec une publicité qui n’a rien d’informatif mais de place sur un plan purement émotionnel. Et cela aboutit aux plus grands bénéfices du foot, qui a besoin de Stars en contradiction totale avec ce que devrait être ce jeu fondé sur un esprit d’équipe.

On tourne en rond alors résultat ?

Le délire d’un salaire est logiquement nécessaire pour continuer ce délire économique et politique.

Que faire ?

Le jour où le consommateur refusera d’acheter ces produits dont les publicités l’emmerdent à longueur des matchs sportifs ou dans les journaux, TV et autres médias, ce délire aura des chances de s’arrêter !

Comment ?

En observant que notre bonheur n’est pas quantitatif mais qualitatif. Qu’il y a plus de plaisir à partager qu’à posséder. Que posséder des objets nous dépossède de notre temps à cause du travail. Que nous perdons notre vie à travailler pour théoriquement gagner notre vie. Le travail doit servir à tous et non nous asservir. Cessons de nous laisser influencer par des suggestions publicitaires, apprenons à réfléchir et non à réagir.

Page écrite le 03-11-2013


               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 08:02
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

0

0

0

0

0

0
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Ajouter un commentaire.