NOUVEAU !
1630 visiteurs en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/socialisme.jpg
 
Réflexions



Comment rassembler les initiatives.



Comme beaucoup j’observe la situation actuelle, et je suis très pessimiste pour les années à venir. L'évolution de nos structures politiques est de moins en moins démocratique, l’hégémonisme de ce modèle économique est de plus en plus aggressif. La réduction des contres-pouvoirs, et la manipulation médiatique privent la population de sa parole. Et celui qui est privé de sa parole, finit par passer à l'acte.

Si un mouvement social d’ampleur se produisait, ce serait un gâchis gigantesque, écartelés entres les différents communautarismes (favorisés pour mieux régner) sans projet social ou politique commun, (comme a pu l'être en son temps le communisme), sans être organisé par contre-pouvoir institué assez puissant (détruits par la pensée unique). Je redoute une foire d’empoigne catastrophique allant jusqu’aux génocides, au grand bonheur des classes dirigeantes qui sauront très bien se mettre à l’abri et se réjouir d’une baisse démographique spontanée résolvant enfin les problèmes cruciaux de surpopulation. Mais contrairement à la seconde guerre mondiale, l’écologie de la planète ne pourra que difficilement s’en remettre.

Alors critiquer ne suffit plus, il faut proposer, c'est ce que j'essaie de faire dans ces pages.

La plupart des problèmes actuels sont issus d’une mentalité économique foncièrement égoïste, confortée par des règles faites à la mesure de ces seuls objectifs en denis de démocratie. Le dernier traité européen en est même la caricature tant dans son contenu que son mode de mise en place ! (Voir la dernière révision constitutionnelle).

Il m’apparaît essentiel de reconstruire des principes qui aient pour objectif de nous permettre de vivre ensemble, de privilégier l’harmonie, le partage et la sagesse et non le profit, la propriété et la concurrence.

Je propose de construire de nouvelles règles du jeu: un projet de constitution, qui peut même être apatride, où chaque citoyen gagne sa "nationalité" par la comprehension et l'acceptation de ces règles.

Mais il faut une stratégie pour l’immédiat: Pour cela il faut avant tout quitter ce piège linéaire droite/gauche, où chaque critique d'un camp vous étiquette dans l'autre.

Il faut aussi banir le mot "gauche" de notre vacabulaire car il ne véhicule pas une image très adroite (humour), et et contient l'idée de bancal.

Pour moi la politique contient plus de dimensions, au moins elle est :

  • CENTRIPETE pour ceux qui s'estiment bénéficiaires dans la situation actuelle et ne veulent surtout pas en changer, et se retrouvent conservateur, traditionalistes, et se rassemblent facilement sur l'existant. Leur projet ne souhaitant qu'à améliorer l'existant mais cela ressemble de plus en plus à des replâtrages.

  • CENTRIFUGE pour ceux qui souffrent de la situation et souhaitent en changer. Ils cherchent des voies dans des directions variées et se retrouvent naturellement divisés sur les projets à venir. Chacun se faisant mépriser de tous les autres sous l'étiquette d'utopiste.

L'union des ces projets variés ne se fera jamais sur le choix d'un projet qui fâcherait tous les autres, mais seulement sur la construction d'une structure de relations entre ces projets qui rivalisent et s'émulent dans une concurrence démocratique.

L'union des multiples projets se fera au sein d'une règle du jeu commune qui leur permettra de se proposer, de s'exprimer, de se synthétiser.

C'est le choix d'une règle du jeu démocratique qu'il faut prendre comme premier outil de rassemblement de tous ceux qui cherchent à améliorer le monde.

Si cette règle fonctionne, toutes les idées pourront s'exprimer et confronter leurs réussites et leurs imperfections. Sur l'apllication de la liberté de cirulation des hommes et des idées, chaque groupe pourra expérimenter ses idées et solutions. Aujourd'hui seules les marchandises et les capitaux circulent dans un monde soumis à l'idée unique).

Historiquement la laïcité a été le meilleur outil de création de la république car elle a enfin permis le débat.

Je pense que l'étape suivante sera de construire une règle collective nouvelle. Elle ne peut pas être le fait d'un seul, d'une seule tendance ou d'une élite censée être compétente, mais elle doit être le fait de tous ceux qui constatent l'impasse où se précipite le monde actuel.

C'est utopique de croire que le monde actuel va continuer ainsi sans catastrophes, il faut être réaliste et inventer librement de nouvelles idées.

Si vous m'avez lu jusque là, alors contactez-moi, cela me rendra un peu d'espoir...

Page écrite le 02-03-2008

               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 08:02
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

0

0

1

0

2

0
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Intervention de tsar 10/03/2008

Interressant, quelles metodes proposez-vous?

Interlocuteur: Trazibule

Il est inutile de se battre sur le domaine économique tant que ce domaine reste exclusivement soumis au dictats de l’économie libérale. Comment voudriez vous par exemple proposer une réforme agraire ou une réquisition de logements si l’économie de marché préconise la libre propriété et la libre entreprise, une telle réforme est forcément hors la loi de cette logique économique. Impossible aussi de parler de façon censée d’écologie ou de développement durable à une société dont le credo est le rendement immédiat et la marchandisation de tout ce qu’elle touche.

Donc il faut se battre avant tout sur la règle du jeu économique et non sur les applications ou les déviances qui résultent de cette règle. Sans négliger ces dérives, il faut garder conscience que ce ne sont que des effets d'une question plus primordiale: Cette religion de la monnaie.

Critiquer la règle actuelle plutôt que ses effets, reste beaucoup plus efficace, d’autant que les échecs de cette logique sont de plus en plus patents.

Pour critiquer cette règle il faut avoir une autre règle à proposer, pas forcément meilleure mais différente pour au moins mettre ces règles en concurrences et limiter leurs excès.

Comme les propositions partent dans tous les sens, elles s’annulent les unes les autres. C’est donc à partir d’une règle du jeu entre nous, d’un mode de fonctionnement, d’une proposition de constitution qu’elles pourront se confronter sans s’annuler, et évoluer vers des projets réalisables.

Deux courants nouveaux pourraient alors émerger, et balayer cette rivalité absurde entre la vieille droite et la vieille gauche d’accord sur à peu près tout pourvu qu’ils se partagent tout à tour le gâteau. Dans l’avenir, puisque le Modem propose aussi une nouvelle constitution, si les progressistes jouent ce projet, cette nouvelle rivalité conservateurs / progressistes actuellement bâillonnée en Modem et Lcr/Pcf/Ecolo pourrait reprendre le droit à la parole et débloquer cette situation en remettant en place un dialogue constructif sur de nouvelles bases démocratiques.

D’où mes réflexions sur des principes économiques, sur le fonctionnement démocratique, mes propositions sur des modes de représentativité, et ma tentative de proposer de nouveaux outils pour une nouvelle constitution qui puisse être aussi bien française qu’européenne ou mondiale.

Amenons l'essentiel de la discution sur les thèmes de la république et de la démocratie, remettons l'économie à sa place: Un outil qui permet de faire bien vivre cette démocratie et non plas l'inverse actuellement pratiqué.

Aux croyants je dirais que :
Quand Dieu promet la vie eternelle aux hommes qui se comportent correctement, il a raison, mais il parle de la vie éternelle de la race humaine sur cette terre à condition qu'elle ne fasse pas trop de connerie, sinon c'est l'enfer sur la planète.

Interlocuteur: patricia - 14/11/2008

Bonjour,

l'homme a construit un monde alors qu'il ne se connait pas lui même, résultat celui ci ne lui convient pas, nous en payons les consequences violence, depression, tristesse,égoisme... Impossible d'en sortir ci aucune prise de conscience, pour palier a ce mal il faut ralentir les sciences de la matière .... et developper d'avantage les sciences humaines,le sens moral, le sens de l'esthétisme et du religieux. rien ne se construit sur du sable. SEUL UNE CONNAISSANCE DE SOI POURRAIT NOUS SAUVER. Que d'energie depensée par les politiques qui rame pour essayer d'etre en haut de l'affiche c'est a pleurer. L'homme doit etre les centre de toute s les préoccupations et non le materiel. CONSTRUISON DANS SE SENS.

Très cordialement

Interlocuteur: Trazibule - 15/11/2008

Je ne crois pas que l’homme ait construit intentionnellement ce monde, il s’est contenter de survivre, de régler au fur et à mesure certains problème et de bâtir ses prétentions, mais très peu de plan d’ensemble ou de projet. Pour moi, il n’y a pas de « dessein intelligent » régentant la construction de son monde par l’homme, il essaye juste de construire sa propre puissance sur les autres.

Seulement aujourd’hui se produit la surpopulation, les catastrophes écologiques, la famine, la destruction des eaux et des forets, il va souffrir de cette incurie, peut-être au-delà de ce qu’on s’imagine. Alors oui il faudrait que l’homme en prenne conscience. La démocratie se fonde avant tout sur l’éducation, mais les gouvernements ne feront pas d’éducation correcte sans décision démocratique. C’est un cercle vicieux.

Comme pour beaucoup de problème, il ne suffit pas d’agir sur un point, il faut agir partout à la fois, c’est l’interaction des phénomènes sociaux et biologiques qui l’exige, sinon toute action est détruite par les conséquences générée sur les autres aspects.

L’homme ne se reconstruira pas par un coup de magie, ou une bonne volonté. Il faut déjà lui proposer des principes et des lois qui le poussent vers la solidarité plutôt que la concurrence, vers le partage plutôt que l’appropriation.

Il est capable du pire comme du meilleur, faisons au moins en sorte que les règles du jeu lui rapporte plus quand il joue à être le meilleur que quand il joue à être le plus rapace comme cela se passe actuellement.

La vie et ses équilibres doivent être au centre du projet, pas la croissance ni les finances.

Intervenant Mozygus - le 01-07-2009 à 11-23

Simplement pour signaler mon appartenance à cette vision, folle, mais révolutionnaire, simpliste mais réelle, humaniste mais pas utopique.
Car l'utopie est bien celle de ceux qui se croient à l’abri derrière leurs bunkers électoraux (pour les électeurs comme les élus), celle-là même qui menace nos descendants à une non-vie certaine ! Celle-là même qui s'est écroulée, sans crier gare pour eux, mais pas pour nous !
Ainsi l'utopie à changer de camp ! Profitons-en !

Intervenant bal - le 28-08-2011 à 09-08

Trazibule, vous n'êtes pas seul dans vos analyses. Je continue de vous lire avec plaisir, la plupart du temps. Ce que vous dites est très intéressant, et, comme vous le dites, doit déboucher sur des propositions concrètes. Une bonne analyse sans solution est comme un bon vin hors de sa bouteille : il se perd dans le sable...

Je commence à travailler sur vos suggestions, mais ce sera long. Il faut continuer à rassembler autour de vous, contacter des personnalités susceptibles de vous faire connaître etc. etc.

Je diffuse vos analyses autour de moi, j'espère que cela fera tache d'huile...

Et j'ajoute les miennes, avec toujours une proposition de solution.

Continuez à vous exprimer, cela finira toujours par se savoir. Même si le désert culturel est parfois décourageant, il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer (Guillaume d'Orange).

De plus, si on vous traite d'utopiste, n'ayez pas peur; souvenez-vous de Henry V d'Angleterre après la bataille d'Azincourt (je crois) qui commentait la défaite des Français :

" Ils ont échoué, car ils n'ont pas commencé par bâtir le rêve"

Si vous relisez Shakespeare, vous comprendrez pourquoi et comment il a su, lui, bâtir le rêve pour ses troupes qui, bien que moins nombreuses, ont écrasé les Français.

Ajouter un commentaire.