NOUVEAU !
3 visiteurs en ligne.
Si vous souhaitez dialoguer avec eux
voici un forum à votre disposition.
 
Faites le test pour un
mode différent de scrutin.
 
Soutenir Trazibule
 
Mot ou texte entre guillemets
à rechercher sur ce site (précis):  
(aide)
 
Recherche sur ce site (rapide):   (Aide)
 
 
Svp Informez-moi via cet émail:
 
des ajouts de pages sur ce site.
 
Faire suivre cette page
Destinataire 
Son email     
De la part de
Commentaires

Envois
 
Nous souhaitons traduire ce site
en plusieurs langues et
l'agrémenter de dessins et photos.
avez-vous des suggestions ?


postmaster@trazibule.fr
 
Retour page d'accueil  
 
images/rss.png
 
images/imprimer-b.jpg
 
images/imprimer-b-c.jpg
 
images/bandeau/retraites.jpg
 
Brouillons pour un projet de constitution



Sécurité sociale et mutuelles


Nous avons mis au point en France une sécurité sociale, qui permet à chacun d’être solidaire par ses cotisations salariales ce qui lui permet en échange d’être soigné par la collectivité. Ces soins n’étant pas parfaits certains préfèrent ajouter le confort d’une mutuelle. Jusque là pas de problème.

Mais la sécurité sociale rencontre des difficultés croissante, alors l’état réduit les aides médicales, ce qui pousse les salariés à se retrouver de plus en plus entrainés à prendre une mutuelle.

Là je commence à ne moins être d’accord, car les mutuelles sont la négation de la solidarité puisqu’elles sont plus ou moins chères et plus ou moins efficaces, on retrouve peu à peu cette médecine à plusieurs vitesses qui est une inégalité de soins en fonction de la richesse contraire à l’esprit initial de notre constitution.

Ensuite les mutuelles sont soumises au même régime que les assurances privées, cela nie l’esprit de solidarité institué par la sécurité sociale. Ainsi les mutuelles se voient imposer de se garantir par des capitaux ce qui s’approche du système des fonds de pensions qui sont en train de détruire l’économie mondiale par une immobilisation d’énormes masses monétaires. Nous quittons peu à peu notre système par solidarité vers un système de plus en plus par capitalisation. Là je ne suis plus du tout d’accord.

Je sais certaines mutuelles sont gérées de façon démocratique par leurs propres adhérents, il reste que leur principe de fonctionnement est soumis aux lois économiques du secteur privé qui n’ont aucune considération pour les priorités de solidarité.

Après des entreprises imposent de plus en plus les mutuelles parfois avec l’aide des syndicats, au point que certaines rendent obligatoire de prendre même une mutuelle particulière. Cette obligation entérine le fait que la sécurité sociale ne fait pas son travail, au lieu de corriger le problème cela conduit à payer deux fois sa protection de santé. Là je commence à me fâcher, et je n’admets pas qu’on puisse imposer des prélèvements sur salaire au profit d’un organisme plus ou moins privé, qui n’est pas solidaire puisqu’il est sélectif de ses seuls cotisants et défini une qualité sélective de soins et de remboursements médicaux. Surtout que les cotisations de la sécurité sociale ne baissent pas pour autant en compensation.

Enfin, l’état offre à toute occasion dès qu’un problème survient un allègement des charges sociales, aux pécheurs, aux agriculteurs, aux entreprises en difficultés, cela impose aux autres de payer plus car l’état ne compense pas vraiment ces cadeaux et les fait payer par les autres travailleurs qui se retrouvent donc à leur tour eux-mêmes en difficultés. Le pire est que les comptes de la sécurité sociale affichent un tel déficit que l’état pourra enfin dire que ce système n’est plus viable et pourra le confier aux assurances privées qui offriront généreusement de le sauver à leur manière, c'est-à-dire en sachant gagner de l’argent en sélectionnant les bons services et en fermant les moins rentables, ce qu’on comment à faire avec les cliniques et les hôpitaux. Cette mort de la sécurité sociale programmée au profit des rapaces de la finance me fait hurler à la trahison !

En comparaison, avez-vous vu ce que sont devenus les tarifs des trains aujourd’hui ! Personnellement je regrette ces trains qui roulaient jour et nuit qu’on pouvait prendre sans être obligé de prévoir plusieurs heures ou jours à l’avance, dont le prix était fixé au kilomètre donc avec un horaire et un coût prévisible.

Avez-vous vu comment l’état après avoir déjà fait remboursé de multiples fois par le péage les autoroutes déjà financées par les citoyens, les ont offert au privé (leurs amis) pour un prix dérisoire sans que ce péage soit pour autant abaissé mais au contraire augmenté au mépris de toute justice.

Avez-vous vu ce que deviennent les services postaux ? Je regrette cette ancienne rigueur de la distribution du courrier dont le cachet faisait foi ! Il était distribué et relevé plusieurs fois par jour à tous et dans tout le pays. Aujourd’hui si les entreprises payent elles sont servies et encore avec une qualité très dégradée et celui qui n’est pas situé où il faut, devient de plus en plus abandonné par ce service devenu de plus en plus privé.

Alors imaginez quelle médecine nous aurons quand la sécurité sociale sera achevée par la volonté de l’état et bradée pour un prix dérisoire aux capitaux privés ? Et rappelez-vous que ce n’est pas pour autant que vous ne payerez pas vos charges sociales !

L’existence même des mutuelles est l’outil facile mis en place par l’état pour glisser progressivement vers cette dérive de privatisation, alors même si apparemment vous y trouvez très égoïstement votre compte, méfiez vous du piège surtout quand je soupçonne ceux qu’on appelle « syndicats » d’une tentation lucrative de gérer eux-mêmes ces mutuelles.

La solidarité est un des fondements de la république, trahir cette notion de solidarité est un crime de haute trahison contre cette république. Ceux qui œuvrent vers cette trahison ne méritent plus de nous diriger c’est notre devoir de les destituer.

Page écrite le 02-05-2010

               

Mon opinion sur cette page :
(aide) Page mise à jour le
07-09-2015 à 08:02
Absurde
Sans intérêt
Dangereux
Amusant
A travailler
Utopique
Intéressant
A diffuser
Nombre de réactions reçues (Cette évaluation est remise à zéro à chaque réécriture de l'article).

0

0

0

0

1

0

1

0
  Ma réponse à cette page : QU'EN PENSEZ-VOUS ? ENVOI  
Mon nom ou
pseudo
Email pour être informé ENVOI
 

Commentaires et dialogues pour cette page

Intervenant A-J Holbecq - le 03-05-2010 à 08-11

Qu'est ce que le "déficit" de la SS ?

C'est la différence entre le financement originel et les dépenses (cette différence est comblée en général par l'emprunt)

Outre que nous ne devrions pas devoir emprunter sur les marchés mais pouvoir emprunter auprès de notre propre banque centrale (donc à taux zéro), dette différence corresponds à des dépenses auprès de toute la chaîne de santé (médecins, pharmaciens, cliniques, labos, etc) ET DONC participent à une augmentation du PIB

Que font tous les bénéficiaires de ces dépenses "supplémentaires" ... eh bien ils les dépensent et "font marcher le commerce" ou bien les épargnent en participant au financement de l'économie... de toute façon ils paieront des impôts sur tout cela

On peut extrapoler à propos de ces dépenses cette fable : http://wiki.societal.org/tiki-index.php?page=Investissement+Public

Intervenant Trazibule - le 17-05-2010 à 19-32

A mon avis tous ces déficits, sécu, états, retraites, etc.… sont surtout issus que de cette gigantesque appropriation de capitaux provoqués par les banques et la spéculation. Depuis des décennies depuis qu’ils ont préconisé nue politique de lutte contre l’inflation, ils ont, via les crédits, augmenté leur part de possessions de la monnaie commune nécessaire aux échanges.

Du coup les échanges ralentissent et le manque de liquidité se transforme en dettes insolubles.

Cela m’encourage à continuer mes recherche sur d’autres formes monétaires…

Intervenant Mutuelle - le 29-01-2013 à 10-11

Entièrement d'accord avec vous mais à un degré moindre pour les autoroutes. Ces dernières sont exploitées aujourd'hui par des entreprises privées mais elles reviendront un jour entre les mains de l'Etat.

Intervenant Mutuelle santé - le 29-01-2013 à 10-37

La Santé a des soucis à se faire : nous sommes trop nombreux sur terre et les populations occidentales sont vieillissantes. La vieillesse entraîne des maladies, une bobologie et des dépenses prises en charge par les contribuables. Si on ne souhaite pas recourir aux complémentaires santé et aux assureurs en général, il faudra bien trouver une solution alternative pour financer les dépenses de santé des patients. Les solutions trouvées sont de l'ordre de l'optimisation, tel que le dispositif générique contre tiers payant, comparatifs d'assurances santé, segmentation des offres santé de la part des compagnies d'assurance, j'en passe et des meilleurs.. Mais rien qui ne bouleverse le déséquilibre qui s'est installé de façon durable dans nos sociétés occidentales.

Intervenant Trazibule - le 30-01-2013 à 12-20

La prégnance du discours économique actuel nous impose une façon de pensée étrange. Le premier but des hommes est de vivre, il me semble, la vocation de l’économie est de permettre à cette vie la meilleure qualité possible non ?
Alors pourquoi cette inversion surprenante ou la vie serait au service de l’économie au point de devoir se sacrifier pour l’équilibre comptable, c'est-à-dire pour le bien-être du profit ?
Je suis outré qu’on puisse penser que réduire la qualité de vie serait une solution pour rééquilibrer des comptes ! L’économie est au service  de cette qualité de vie et non l’inverse.
C’est vrai que le pouvoir du comptable ne se laissera pas dominer par le bon sens sans se défendre pour le plus grand bonheur de ceux qui grâce à ces argumentations peuvent tout s’offrir au détriment des autres et qui n’ont guère de soucis de qualité de vie.
En tout cas une réelle amélioration des comptes sociaux est possible avec la TAC.

Intervenant Pascal - le 01-02-2013 à 09-28

J'aimerais bien aller dans le sens du dernier commentaire, une économie au service de l'homme, mais les forces en présence empêchent de caresser ce rêve. Il suffit de regarder ce qui se passe en Corée du Nord pour se convaincre que les peuples savent se plier aux règles d'un pouvoir minoritaire dans le nombre mais puissant à d'autres égards. (le lien vers le comparatif santé ne fonctionne pas, ce qui est dommage, car il est intéressant au final)

Intervenant Trazibule - le 01-02-2013 à 09-56

Le lien est réparé merci de l’information.
Croire que les forces en présence interdisent tout changement c’est oublier que les processus révolutionnaires existent (L’Islande a même reçu l’éloge du FMI !) de toute façon si nous continuons à penser qu’aucune force ne pourra rien changer, les forces de la nature s’en chargeront avec une violence beaucoup plus meurtrière qu’ils essaient encore de dissimuler (santé, climat, misères, …)
Santé : L’argent gagné par le nucléaire et la chimie est payé par combien de cancers ?
Climat : Déjà deux grandes catastrophes dues aux cyclones aux Etats Unis.
Misères : Combiens de morts dans ces guerres africaines pour le pétrole, le cacao l’uranium, etc.
Le nombre de morts issus des révolutions apparait ridiculement bas, par rapport à celui issu de l’économie !
Et n’allez pas me dire que cette économie sauve des morts par les progrès de santé, quand on sait combien ces progrès sont entravés par l’économie, combien de chercheurs se battent pour les crédits, combien de recherches sont interdites pour ne pas nuire aux labos commerciaux. Les progrès en médecine se font malgré l’économie et non grâce à elle !

Ajouter un commentaire.